Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Retour de chronique : Mausolées - Christian Chavassieux

Retour de chronique : Ceux de l'autre rive - Christopher Buehlman

Retour de chronique : 7 secondes pour devenir un aigle - Thomas Day

Lost in the supermarket

Ils ont rasé la Mésopotamie

Hippocrate à son meilleur

Les manigances de la marâtre

Le paradoxe de Fermi - Jean-Pierre Boudine

Un Frankenstein OGM

Sleeper - Jo Walton

L'intelligence pour les nuls

Avant le crépuscule

Good Bye Brejnev

Le Guide de l'Uchronie - Karine Gobled et Bertrand Campeis

Dernières nouvelles d'Œsthrénie - Anne-Sylvie Salzman

Chants du cauchemar et de la nuit - Thomas Ligotti

The Best We Can - Carrie Vaughn

Farewell Philippe Delaby