Fables - Willingham, Buckingham

Première lecture (mieux vaut tard que jamais !) d'une série publiée entre 2003 et 2015 : Fables . 150 exemplaires (avec un redémarrage récent au numéro 151) écrits par Bill Willingham, avec principalement Mark Buckingham aux pinceaux, 14 (et même un peu plus) Eisner Awards. Après une Intégrale en 10 tomes chez Urban, voici qu'arrive la même en « poche » à petit prix chez Urban Comics Nomad. Les deux premiers numéros sont sortis il y a peu et c'est là qu'enfin je suis entré dans l'histoire. Je ne vais pas chroniquer longuement ici une série bien connue que quantité d'entre vous, lecteurs, ont déjà lue et appréciée, j'en suis convaincu. Disons simplement que Buckingham transporte les personnages des contes (dans leur immense diversité et profusion) dans le monde moderne. Fuyant un Adversaire qui les a conquis et massacrés royaume de conte après royaume de conte, les Fables survivantes ont trouvé refuge dans notre monde il y a quelques siècles déjà ; entre

Hippocrate à son meilleur


Félix Kersten est un autre de ces héros de la WWII dont le grand public ne connaît pas le nom et à qui la BD rend un hommage mérité. Il est vrai que réaliser un ou deux albums coute infiniment moins cher que de réaliser un film. Ceci expliquant sans doute cela.

Félix Kersten est donc un médecin finlandais d’origine estonienne, spécialiste du massage, entré dans l’Histoire pour avoir été le médecin personnel d’Himmler de 39 à la fin de la guerre.

Auréolé d’une excellente réputation internationale en tant que médecin, Kersten est convoqué par Himmler en mars 39. Le chef de la SS souffre depuis longtemps de très sévères douleurs gastriques que les drogues ne parviennent pas à soulager et Kersten lui apparait comme un dernier espoir.

Réticent à soigner un dignitaire nazi, Kersten accepte de le faire par amitié pour un industriel allemand de sa connaissance, puis se laisse convaincre par les autorités finlandaises de continuer à soigner Himmler qu’il a réussi à soulager. Car le traitement de Kersten agit, ce qui engendre chez Himmler une gratitude immense pour son médecin.

Considérant Kersten comme son sauveur et son ami, en pleine confiance avec lui, Himmler se laisse aller à des confidences qui permettront au médecin de sauver beaucoup de victimes potentielles du Reich et de déjouer certains des projets les plus monstrueux du régime, notamment concernant les Pays-Bas occupés. Il usera de la très grande influence qu’il a sur le dignitaire nazi pour obtenir des grâces individuelles ou collectives et « orienter » dans un « bon » sens certaines décisions politiques.

Proche d’Himmler, et de son secrétaire personnel Brandt, durant tout le conflit, Kersten fut sans cesse en danger car Heydrich et la Gestapo suspectaient son double jeu et tentaient régulièrement, en vain, de le démasquer.

C’est donc l’histoire d’un homme très courageux et d’un héros immense par le nombre de vies qu’il a sauvées que nous raconte cet album, qui aura bientôt une suite afin de boucler le récit. C’est aussi l’histoire d’un homme que l’immédiat après-guerre a maltraité au point que son mérite ne sera reconnu qu’en 49 après une longue enquête. Il sera alors décoré par les Pays-Bas, proposé pour le Prix Nobel de la Paix, mourra en 1960, et recevra la Légion d’Honneur à titre posthume.

Un album passionnant donc, au scénario incroyable et aux graphismes minimaux mais suffisants. A lire en attendant la suite. On regrettera seulement que les divers contacts occultes de Kersten ne soient pas plus clairement identifiés, cela rendrait certaines scènes plus compréhensibles.

Kersten, médecin d’Himmler t1, Pacte avec le mal, Perna, Bedouel

Commentaires