Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Je suis ton ombre : Prix Planète-SF des blogueurs 2015

RIP Yal

Retour de chronique : Tolkien et la Grande Guerre - John Garth

Retour de chronique : Trois - Sarah Lotz

Retour de chronique : Les racines du mal - Ian Tregillis

C'est ainsi que les hommes vivent - Pierre Pelot

Pourquoi chroniquer les mauvais livres ?

Le 31 octobre on saura enfin qui a gagné le Prix Planète-SF 2015

J'ai tué François-Ferdinand : Au secours !

Le Maître d'armes : La Bible vulgaire de Dorison

Deux très belles sorties VF : Golgoth 1 et Trees 1

Festival de l'Imaginaire du Pays d'Aix

Feuillets de cuivre : Cthulhu by gaslight ?

Brève revue de BD

Luna New Moon : Dallas in Space

La femme d'argile et l'homme de feu - Hélène Wecker VF