Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Les sélections pour le prix Masterton 2013

Peintres et ploutocrates

Beaucoup de gloire dans beaucoup de boue

Sélection du GPI 2013

Dans le monde fou du demiurge

Un héros anonyme

Pré-apocalyptique

Sammy in the sky with diamonds

Novlangue

La mort blanche

Utter bullshit

Angle mort 8

L'enfer de Verdun est bien tiède

Schismes

The Weird anthology (note 8)

Dents de lait

Le mère de toutes les dystopies

Two minutes to midnight

Si la loi m'autorisait à t'épouser, je le ferais

Glaciation