Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

1984 pour les (très) nuls

RIP Gudule

Nouvelles chroniques du Vieux Royaume

De l'insinuation efficace

Comment suivre Dieu quand Dieu n'est pas là ?

Vous devez lire La ménagerie de papier

Hey Ho Hey Ho To Ragnarök we go

Les Vikings en Europe

Deux frères, une princesse, un champignon

Deux lauréats du Prix Planète-SF des blogueurs disponibles en poche

Le loup dans le camion blanc - John Darnielle

Un Radeau de la Méduse spatial

La guerre éternelle de Palestine