Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Ya bon Oncle Sam

Oui mais non

Fuck you Apple !

La jeunesse n'a pas besoin de sérénité...elle aspire au tragique

Retour mortel au XIXème

Les résultats du concours Folio-SF

Much ado about nothing

Ma mère, ses cuisses charnues

Pardon, Oscar Wilde

Misfits

Happy birthday to me

Mi-Gos de tous pays, unissez-vous

Viens Hypocrite Lecteur ! Folio SF t'offre un Maïa Mazaurette

ANNIVERSAIRE FOLIO SF

Bon ben, prix Hugo 2010 alors, comme tout le monde

BOF

Contact