La Muraille de Chine - Franz Kafka

Ressortie du recueil La Muraille de Chine de Franz Kafka aux Forges de Vulcain. Traduit par Stéphane Rilling qui postface et nanti d’une intéressant préface d’Éric Pessan, le recueil est articulé autour de La Construction de la muraille de Chine , une nouvelle de longueur moyenne, et de textes beaucoup plus courts, tous écrits entre 1917 et 1922 alors que l’empire austro-hongrois s’effondrait, que l’antisémitisme montait, parallèlement au sionisme, et que l’intérêt pour le Chine, immense et en partie incompréhensible, était fort. Passé Le chasseur Gracchus , un premier texte dont l’intérêt narratif m’a largement échappé, Kafka construit ici par fragments (certaines nouvelles ne font que deux ou trois pages) la vision d’un monde qui échappe largement à la compréhension humaine et dans lequel l’absurde (on le dit toujours) mais aussi l’arbitraire (on le dit parfois moins) est la norme. Le monde de Kafka est immense, comme la Chine. Immense au point que l’homme normal n’en voit jamais

Farewell Philippe Delaby


Fin 2014, plus de deux ans après la sortie du tome 3, un peu mou du genou, arrive enfin le quatrième et dernier volume du second cycle de la série Complaintes des landes perdues (21 ans après la sortie du premier tome du premier cycle et 10 après celle du premier tome du second cycle). Je sais, c’est dur ; il faut suivre.

Arrive donc la conclusion de ce cycle des Chevaliers du Pardon, et c'est bien agréable, même si elle me paraît expédiée un peu vite. Les secrets sont levés, on comprend qui se cache sous le casque du Guinéa Lord, on rencontre enfin la mystérieuse Dame à l’Hermine, on voit Seamus devenir un vrai Chevalier du Pardon et Sill Valt affronter son plus terrible adversaire. On a même des nouvelles du Cryptos, démon maléfique et tentateur dont le pouvoir de divination est une arme à double tranchant pour les Chevaliers, Sill Valt en particulier. Quand a Sanctus, elle résiste encore et toujours brillamment à l’adversité.

Même si le traitement de l’histoire est, je le répète, un peu rapide, le scénario est agréable à suivre.
Le monde y est pour beaucoup. Celui décrit par Dufaux est merveilleux au sens premier, presque étymologique, du terme. Magie ancienne, acier luisant, charmes subtils, fées et sorcières, sang et foudre, tout cela et bien d’autres choses se trouvent dans les pages magnifiques des albums de ce cycle.
Car il importe de dire que l’histoire de Dufaux est sublimée par le dessin de Delaby (servi par une colorisation impeccable de Sébastien Gérard), si beau qu’il coupe le souffle. Le duo de Muréna sévit ici aussi, une histoire de qualité étant soutenue par une mise en image comme on en voit peu.

Hélas, les amateurs de BD le savent, Philippe Delaby a raccroché les pinceaux le 28 janvier 2014. L’album a été terminé (21 dernières planches) par Jérémy dont le dessin se rapproche de celui de Delaby même s’il ne l’égale pas ; si peu de dessinateurs l’égalaient, sans parler de le surpasser. C’est une perte énorme pour le monde de la BD.

Un bien beau cycle dont Dargaud ressort les trois premiers tomes parallèlement à la sortie du quatrième ; les nouveaux venus peuvent donc se procurer le tout d’un seul coup. Il faudrait le faire ; dommage de se priver de ce bel objet de bande dessinée.

Complainte des landes perdues, t4, Sill Valt, Dufaux, Delaby, Jeremy

Commentaires