Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Freak Parade - Colin - Jolivet

GPI 2020 : les lauréats (et leurs chroniques)

Beyond the Dragon's Gate - Yoon Ha Lee

Cinq bonnes nouvelles dans Bifrost 98

Manuscript Tradition - Harry Turtledove

Repo Virtual - Corey J. White

Sept Redditions - Ada Palmer VF

La couleur tombée du ciel - Gou Tanabe d'après Lovecraft

Prosper's Demon - K. J. Parker

Le Mahabharata - Carrière - Michaud

Images de la fin du monde - Christophe Siebert POSTCONF

The Flock of Ba-Hui - Oobmab

Anthologie des dystopies - Jean-Pierre Andrevon

Walter Kurtz était à pied - Emmanuel Brault POSTCONF

The Traitor Baru Cormorant - Seth Dickinson

La Chute - Jared Muralt - L'album du confinement