Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Hit the road Jack !

Retour de chronique : Les chants de Felya - Laurent Genefort

Le secret - Nailbiter 2 : revue de comics

Le livre du long soleil - Gene Wolfe

Organisateur de concours, c'est un métier

Les dormeurs doivent se réveiller

Retour de chronique : La révolte d'Albi - Claude Mamier

Interview : Jean-Laurent Del Socorro à la conquête de Marseille

Dans la tête de Vladimir Poutine et pas celle de Malkovich

Concours : trois Accelerando à gagner !!!

Faute de mieux on a un public captif

Le grand Kirkman est de retour. Williamson aussi

Interview : Charles Stross, un brillant touche à tout

Vaincus, encore

GPI : les nominés sont connus

Invisible Planets - Hannu Rajaniemi - Work in progress

Economiser 10 euros

Bons baisers de la Maison des Idées

Chicken is Doom