Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

Dictateur d'opérette

Rebel without a cause

Sauve qui peut !

Sursaut

A Aqaba !

"Mad Max avec des ramures"

Déluge de feu

Un roman de basse intensité

Esquisses

Le monde assoupi

L'âme de l'empereur - Brandon Sanderson

LC : Tous à Zanzibar - John Brunner

Le cercle de Farthing - Jo Walton

De mal en pis

The Juwes are the men that will not be blamed for nothing

Retour de chronique : Epouvante et surnaturel en littérature - HP Lovecraft

Retour de chronique : Les contrées du rêve - HP Lovecraft

Retour de chronique : La peau froide - Albert Sanchez Pinol