Gagner la guerre t4 - Genet - Jaworski

Voici qu'arrive le tome 4 de l'adaptation BD du Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski par Genet et Jaworski lui-même. On avait laissé Benvenuto Gesufal en grand danger à la fin du tome 3.  Les mensonges et les machinations dont il a été partie commencent à émerger au grand jour alors que les dépités de la guerre de Ressine cherchent à se venger et à reprendre l'initiative politique. D'atout secret, Benvenuto devient une gène possible pour la maison Ducatore, au point que, alors que Ducatore semble retourner sa veste à son endroit, il ne voit plus que la fuite comme solution aux deux périls qui le menacent : l'emprisonnement à court terme et l'assassinat à moyen terme. Fuir dans la ville est utile pour échapper quelques temps à des lames trop aiguisées mais, clairement, quitter la ville est le seul moyen d'échapper à la mort. Recherché par spadassins et magiciens, le bretteur à gages doit mettre le plus de distance possible entre lui et la République de

Les manigances de la marâtre


Suite et fin de la série consacrée au Juge Bao. Avec ce sixième tome, intitulé "L’impératrice oubliée", se termine la tournée anti corruption du juge dans une Chine médiévale en proie aux fléaux de la prévarication, de l’abus de pouvoir et des détournements. Les corrompus de tous poil seront enfin démasqués et condamnés. Ainsi, Bao fera de nouveau régner justice et harmonie dans l’Empire du Milieu.

Mais tout n’est pas si simple. Les corrompus résistent, ne voulant abandonner ni leurs biens mal acquis, ni leur vie (ce qu’on peut comprendre). Proches de l’empereur, ils intriguent pour se débarrasser de ce juge trop vertueux à leur goût et sont bien prêts d’y parvenir.
Il faudra donc beaucoup de ruse et une prise de risque énorme au Juge Bao pour parvenir à les confondre, d’autant qu’une révélation inattendue lui permet de mettre au jour une vilénie bien plus ancienne et grave, qu’il est aussi de son devoir de réparer.

Comme les cinq qui l’ont précédé, ce sixième opuscule est joliment écrit et très joliment dessiné. Plein de grandeur, d’héroïsme et d’honneur, investi de sa mission au point de risquer sa vie pour elle, Bao est de ces juges incorruptibles, comme le Juge Ti, qui parsèment l’imaginaire chinois, luttant pied à pied contre un fléau que l’actualité remet à l’ordre du jour quand le président Xi Jinping parle de « gagner la guerre féroce contre la corruption…ce poison qui ronge nos os ».

L’impératrice oubliée, Marty, Nie

L'avis d'Anudar

Commentaires