Articles

Galeux - Stephen Graham Jones

« Le plus profond en l'homme, c'est la peau » écrivit Paul Valéry. Dans la cas du narrateur anonyme du " Galeux " de Stephen Graham Jones ce n'est pas complètement vrai. Car s'il est un jeune garçon passant en 389 pages de l'enfance à l'adolescence tardive, le plus important pour lui est dedans, c'est le loup qui est important. A condition qu'il y ait bien, comme il en rêve, un loup intérieur attendant son heure. " Galeux " est un émouvant roman familial. Le vaste monde du roman est le nôtre. Mais l'essentiel se passe dans le monde du narrateur, l'extérieur n'étant vu que de loin, source de nourriture ou de menace suivant les cas. Dans le petit monde du narrateur il y a sa tante Libby et son oncle Darren. Il y eut aussi son grand-père, que la vieillesse emporte au début du roman, et une mère jamais connue, morte depuis longtemps mais toujours présente dans son esprit. Pour ce qui est d'un père... Une famille incomplè

City of Ash - Bacigalupi : En attendant le Water Knife

Faute de temps - John Brunner

La montagne sans nom - Robert Sheckley

Retour de chronique : Orion shall rise - Poul Anderson

Retour de chronique : The boat of a million years - Poul Anderson

Retour de chroniques : The enemy stars - Poul Anderson

Aurora : No place like home

Retour de chronique : Exquise planète - Bordage, Demoule, Lehoucq, Steyer

Retour de chronique : Les vaisseaux d'Omale - Laurent Genefort

Emprise : Grand frisson dans le Maine

Sandman VI : Crépuscule

La peau sur les os - Stephen King (Richard Bachman)

Simetierre - Stephen King

Interview : JP Boudine, les chiffres et les lettres

Locus 2015 : les nominés

Christine - Stephen King

Une pluie sans fin - Michael Farris Smith

La geste d'orléans : Guerriers de Dieu

VF : Echopraxie - Peter Watts

Prométhée tome 12 : This is the end