Le Molosse - Tanabe d'après Lovecraft

Sortie du neuvième volume des adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe. " Le Molosse " est le premier recueil réalisé par le mangaka japonais, il réunit trois nouvelles : Le Temple , écrite en 1920, Le Molosse , écrite en 1922, et La Cité sans nom , écrite en 1921. Le Temple est la plus longue et la plus réussie imho. Dans les coursives d'un U-boat allemand en perdition durant la première guerre mondiale, on plonge vers une cité engloutie alors que la folie gagne peu à peu tout l'équipage. Dure, claustrophobique, Le Temple , dans une ambiance éprouvante à la Das Boot , met l'homme face à des terreurs et des anciennetés sans nom. Un très bon récit joliment adapté. Le Molosse est plus (trop) classique. Deux amis occultistes, l'un des deux est le narrateur, première mention lovecraftienne du Nécronomicon , créature hostile invoquée involontairement par une amulette magique, on est ici dans du trop classique, encore trop proche de l'horreur traditionnelle en

Retour de chronique : La révolte d'Albi - Claude Mamier

Retour de chronique publiée dans Bifrost 74
2056. Les grandes entreprises françaises du BTP gagnent le juteux marché de la reconstruction d’Alexandrie, partiellement détruite lors de l’effondrement du mur d’Aboukir, digue gigantesque élevée au XIXème siècle et qui n’aura pas résisté à l’élévation du niveau des mers. Cerise sur le gâteau, on reconstruira même la phare d’Alexandrie comme symbole de la renaissance de la ville meurtrie.
En contrepartie, la France accueille quelques centaines de milliers de réfugiés égyptiens sur son sol. Accueil très temporaire car il est acquis que, sitôt la reconstruction terminée, d’ici trois à cinq ans, les réfugiés devront rentrer chez eux. Le voudront-ils ? Les y forcera-t-on ?

Quatre personnages tentent de faire entrer le lecteur dans cette histoire. En vain, car d’histoire, au sens de progression narrative un tant soit peu intéressante, il n’y en a pas.

L’auteur décrit les destins de Renaud, anarchiste forcené en paroles mais velléitaire en actes, qui anime la radio libre d’Albi, Ahmed, conteur égyptien réfugié à Albi et révolté par les injustices faites à ses compatriotes, Robinson, fils de Renaud et ingénieur expatrié sur le chantier du Phare, et enfin Fathi, berbère parti chercher sa voie dans la grande ville puis retourné dans son village pour y poursuivre le rêve, brisé à Alexandrie, d’une Commune réalisée. Pourquoi pas ?

Mais ce qui pêche, c’est le récit. Ahmed part pour la France, il arrive à Albi où il rencontre Renaud qui va faire de lui un participant régulier de ses émissions. Puis il participe à un mouvement de protestation contre le retour forcé des réfugiés, trahis par un gouvernement français en mal de contrôle. Robinson reconstruit le phare sans grand enthousiasme puis rentre en France, où il assiste à la conclusion du mouvement. Fathi part pour Alexandrie, y intègre une Commune lovée dans les ruines de la ville, puis, après la destruction de celle-ci par la police égyptienne, rentre dans son oasis pour en organiser une autre, qui finit par connaitre le même destin. C’est peu car tout ceci est rapide, survolé, dépourvu d’affect émouvant ou de progression dramatique véritable. Trois ans entre le début et la fin du roman, sans rien entre les deux. Les évènements se succèdent sans qu’on y voit tension ni construction et servent surtout de prétexte à placer, comme pour s’en pourlécher, des marqueurs de l’anarchisme ou de la gauche progressiste. Le lecteur aura donc l’occasion de voir une France où la révolte de 2029 a imposé le revenu universel, des flics génériques bêtes et brutaux et des militaires génériques qui ne le sont pas moins, un gouvernement français, menteur comme de juste, utilisant à bien mauvais escient une découverte scientifique dans le bût de surveiller les individus, une population indifférente, des immeubles nommés Ravachol ou Bakounine au sein d’une Commune autogérée dans laquelle chacun donne selon ses moyens et reçoit selon ses besoins, l’éducation des enfants décrite comme « fascisme, dictature du parti unique ». Et j’en passe.

Finalement le roman pose une seule question intéressante. Une communauté anarchiste peut-elle échapper à la loi d’airain de l’oligarchie ? La réponse de Mamier n’est pas optimiste.

A éviter. Mieux vaut lire un tract.

La révolte d'Albi, Claude Mamier

Commentaires