The Witling - Vernor Vinge - Les Traquenards de Giri

" The Witling " (Les Traquenards de Giri en VO ?!?) est le premier vrai roman du grand Vernor Vinge, publié en 1976. Giri, une planète sur laquelle vivent les Azhiri, un peuple humanoïde stocky aux puissants pouvoirs télépathiques. Les Azhiri communs peuvent « sentir » les structures ou les êtres, téléporter leur corps ou de la matière sur de grandes distances, tuer même en tordant l'usage de la téléportation. De ce fait, leur technologie est assez primitive, guère mieux que médiévale, tant leurs pouvoirs, de téléportation notamment, rendent inutiles de grands efforts de recherche dans le domaine des transports ou de l'armement. Pourquoi fabriquer des armes quand on tue par la pensée ? Pourquoi tracer des routes quand des lacs de transit suffisent ? Dans le même ordre d'idées, il n'y a en général pas de portes aux maisons – on se téléporte de pièce en pièce –, et le palais du Roi de l'été s'étend sur deux hémisphères quand celui du Roi de l'hiver

Angle mort 8

Je signale tard, mais mieux vaut tard que jamais, la disponibilité en téléchargement gratuit (ou à l'achat au numéro ce qui est mieux) du numéro 8 de la toujours très bonne revue numérique Angle Mort.

On y trouvera une nouvelle de Théodora Goss, intitulée Les beaux garçons, une de Jean-Claude Dunyach, Paysage avec intrus, et une de Léo Henry, Down by the train, à chaque fois avec les interviews des auteurs.

On y trouvera aussi la délicieuse nouvelle Infinis, de la physicienne indienne Vandanah Singh. Sous une forme qui rappelle le conte philosophique, elle raconte l'histoire tourmentée d'une Inde en proie aux tensions religieuses récurrentes et meurtrières entre hindous et musulmans ; elle y raconte aussi et surtout l'histoire d'un homme simple et bon qui rêve de comprendre tout l'Univers par les mathématiques, au sein d'un monde qu'il ne comprend guère, et heureusement entouré de son ami poète, de sa mère bien vieille, et même de ses peu amènes enfants. Elle conte l'histoire de ce moment de grâce durant lequel le génie donne l'intuition d'une autre réalité ou d'une explication plus profonde, intuition qu'il faut saisir puis passer des années à vérifier et à formaliser. Simple et spirituelle, Infinis est une très belle nouvelle, et un hommage vibrant aux mathématiques, dont il ne faut pas se priver.

Cette lecture participe au Challenge JLNN


Commentaires