Gagner la guerre t4 - Genet - Jaworski

Voici qu'arrive le tome 4 de l'adaptation BD du Gagner la guerre de Jean-Philippe Jaworski par Genet et Jaworski lui-même. On avait laissé Benvenuto Gesufal en grand danger à la fin du tome 3.  Les mensonges et les machinations dont il a été partie commencent à émerger au grand jour alors que les dépités de la guerre de Ressine cherchent à se venger et à reprendre l'initiative politique. D'atout secret, Benvenuto devient une gène possible pour la maison Ducatore, au point que, alors que Ducatore semble retourner sa veste à son endroit, il ne voit plus que la fuite comme solution aux deux périls qui le menacent : l'emprisonnement à court terme et l'assassinat à moyen terme. Fuir dans la ville est utile pour échapper quelques temps à des lames trop aiguisées mais, clairement, quitter la ville est le seul moyen d'échapper à la mort. Recherché par spadassins et magiciens, le bretteur à gages doit mettre le plus de distance possible entre lui et la République de

Pardon, Oscar Wilde


Le syndrome Masterton me frappe encore. Il y a des années, j'avais lu plusieurs de ses livres, que je refermais toujours avec une intense déception après des mises en bouche particulièrement appétissantes. "Le portrait du mal" n'a malheureusement pas fait exception à la règle.
Après un début tonitruant, inquiétant et mystérieux à souhait, Masterton retombe dans ce que je considère comme son rédhibitoire travers : une seconde moitié de part en part peu crédible. Entre des protagonistes (shérif, médecin, galeriste) qui acceptent sans coup férir une hypothèse paranormale évidente pour le lecteur mais à mon sens pas pour les personnages, en tout cas pas si tôt ni si vite, un universitaire disponible à quelques minutes de voiture qui sait tout sur l'opération occulte à l'origine des atrocités, un paraplégique médium (car comme chacun sait, tous ceux qui ont vu la mort de près deviennent un peu médium) qui aura le privilège d'être le sujet d'une séance de spiritisme avant même son trépas, une médium (une vraie celle-là) qui fait son préchi-précha mystique avec guère plus d'émotions qu'un hacker cherchant des informations sur un disque dur et qu'on peut appeler dès qu'on a besoin d'informations de source non conventionnelle, une solution occulte simple et disponible permettant évidemment de tout arranger, et une course poursuite dans des tableaux qui m'a rappelé Mary Poppins sautant dans les dessins de craie, tout fait si arrangé que, même si je n'étais pas un inconditionnel absolu du "Portrait de Dorian Gray", ce "Portrait du mal" m'aurait navré. Alors, à fortiori...
Le portrait du mal, Graham Masterton

L'avis positif d'Arutha

Commentaires

Lhisbei a dit…
j'ai adoré Le portrait de Dorian Gray (que j'ai relu au moins deux fois) mais je n'ai pas fait de réaction allergique à Masterton :) je garde même un bon souvenir de ses bouquins (les "pocket terreur" j'adorais ça). Pour le portrait du mal j'en garde un encore meilleur souvenir ;)
Gromovar a dit…
Au vu de ce qui se dit sur les blogs, je suis le seul à n'avoir pas aimé. Tant pis.
Je suis définitivement allergique à Masterton, je crois. C'set justement les "pocket terreur" qui m'affligeaient déjà à l'époque.
Giraud a dit…
oui, eh bien moi je vais te faire confiance là-dessus !
arutha a dit…
Ce Portrait du Mal est mon premier Masterton et je reconnais que j'avais beaucoup aimé. Il n'en reste pas moins vrai que ce que tu déplores dans ce roman existe bel et bien. Ça ne m'avait alors pas trop gêné. En revanche, ayant lu tout récemment Manitou je commence à prendre pour miennes tes réserves.
Je ne suis pas sûr du tout d'être fan de cet auteur moi non plus.
Tu n'es peut-être pas si seul après tout.
Gromovar a dit…
@Arutha : J'ai toujours eu cette mauvaise expérience. Bienvenue au club :-)

@Lhisbei : Bienvenue au club des relecteurs. Il n'y a que deux livres que je relis régulièrement c'est "Le portrait de Dorian Gray" et "Le Seigneur des anneaux". J'aimerais relire plus mais j'ai déjà du mal à lire tout ce que je n'ai pas encore lu...

@Giraud : Sage décision ;-)
Efelle a dit…
Moi aussi je ne suis pas fan de Masterton, je n'en ai lu qu'un à l'époque Pocket Terreur mais cela m'a suffit. C'était Le Jour J du Jugement.

Sinon je suis aussi un relecteur dans ce que j'aime.
Gromovar a dit…
Bienvenue aux deux clubs :-)
Guillmot a dit…
Je n'ai pas d'avis, que des a-priori, le genre d'ouvrages que je fuis d'office en librairie, alors mon commentaire ne sera pas très constructif.