Roger Zelazny - Le temps d'un souffle, je m'attarde

Ressortie aujourd'hui dans la toujours pertinente collection Dyschroniques du "Destination fin du monde" de Robert Silverberg qui n'était plus disponible en français depuis longtemps. Rappelons que la maison d’édition indépendante Le passager clandestin est une toute petite maison radicale, engagée et militante contre une certaine forme insatisfaisante du monde. Au milieu des non fictions, on y trouve la collection Dyschroniques qui remet à l’honneur des textes anciens de grands noms de la SF.  Nouvelles ou novellas posant en leur temps les questions environnementales, politiques, sociales, ou économiques, ces textes livrent la perception du monde qu’avaient ces auteurs d’un temps aujourd’hui révolu. On notera que chaque ouvrage à fait l’objet d’un joli travail d’édition, chaque texte étant suivi d’une biographie/bibliographie de l’auteur, d’un bref historique des parutions VO/VF, d’éléments de contexte, ainsi que de

La première sélection du GPI 2022 (avec chroniques)


Comme chaque année revient la première sélection du GPI.

Coup d'œil (extraits) et rappel de chroniques.


Roman francophone


Trademark, tomes 1 à 3, de Jean Baret (Le Bélial’)

Téké de Mika Biermann (Anacharsis)

Appartement 816 d’Olivier Bordaçarre (L’Atalante)

Le Sang de la Cité de Guillaume Chamanadjian (Aux forges de Vulcain)

Citadins de demain de Claire Duvivier (Aux forges de Vulcain)

Nous sommes les chasseurs de Jérémy Fel (Rivages)

Vivonne de Jérôme Leroy (La Table ronde)

La Nuit du faune de Romain Lucazeau (Albin Michel)

Le Grand Jeu de Benjamin Lupu (Bragelonne)

La Séquence Aardtman de Saul Pandelakis (Goater)

Feminicid de Christophe Siébert (Au diable vauvert)

Celle qui sait de Laurence Suhner (L’Atalante)


Roman étranger


Les Maîtres enlumineurs, tomes 1 & 2, de Robert Jackson Bennett (Albin Michel)

Andrea Cort, tomes 1 & 2, d’Adam-Troy Castro (Albin Michel)

Vorrh, tomes 1 & 2, de Brian Catling (Fleuve)

La Monture de Carol Emshwiller (Argyll)

Notre part de nuit de Mariana Enriquez (Le Sous-sol)

Gnomon, tomes 1 & 2, de Nick Harkaway (Albin Michel)

Les Dix mille portes de January, d’Alix E. Harrow (Hachette)

Klara et le soleil de Kazuo Ishiguro (Gallimard)

Cantique pour les étoiles de Simon Jimenez (Nouveaux Millénaires)

Lazare attend de James Morrow (Au diable vauvert)

L’Interdépendance, tomes 1 à 3, de John Scalzi (L’Atalante)


Nouvelle étrangère


Friday Black (recueil) de Nana Kwame Adjei-Brenyah (Albin Michel)

Les Tambours du Dieu noir de P. Djèlí Clark (L’Atalante)

Ring Shout de P. Djèlí Clark (L’Atalante)

Comme ce monde est joli de Karen Joy Fowler (La Volte)

La Fièvre de Steve de Greg Egan (Bifrost n° 101)

Fournaise de Livia Llewellyn (Dystopia)

Les Anges de Johannesburg de Yûsuke Miyauchi (in La Machine à indifférence, Atelier Akatombo)

Tous les noms qu’ils donnaient à Dieu d’Anjali Sachdeva (Albin Michel)

Ormeshadow de Priya Sharma (Le Bélial’)

Le Livre écorné de ma vie de Lucius Shepard (Le Bélial’)

La Fille en lambeaux de Hirotaka Tobi (in La Machine à indifférence, Atelier Akatombo)

Dernières nouvelles de William T. Vollmann (Actes Sud)


Traduction : Prix Jacques Chambon


Mikael Cabon pour L’Interdépendance, tomes 1 à 3, de John Scalzi (L’Atalante)

Patrick Couton pour Le Livre de Koli de M.R. Carey (L’Atalante)

Benoît Domis pour Andrea Cort, tomes 1 & 2, d’Adam-Troy Castro (Albin Michel)

Pierre-Paul Durastanti pour Au carrefour des étoiles de Clifford D. Simak (Nouveaux Millénaires)

Gilles Goullet pour Un Souvenir nommé empire d’Arkady Martine (Nouveaux Millénaires)

Mathilde Montier pour Les Tambours du Dieu noir et Ring Shout de P. Djèlí Clark (L’Atalante)

Anne Plantagenet pour Notre part de nuit de Mariana Enriquez (Le Sous-sol)

Hélène Fournier pour Tous les noms qu’ils donnaient à Dieu d’Anjali Sachdeva (Albin Michel)

Laurent Philibert-Caillat pour Les Maîtres enlumineurs, tomes 1 & 2, de Robert Jackson Bennett (Albin Michel)

Commentaires

Gromovar a dit…
Baroona j'ai perdu ton commentaire. Reposte si tu veux ;)
Gromovar a dit…
Bon, si j'ai bien compris le peu que j'ai eu le temps de voir

En VF, les autres que j'ai lus sont tous très bons ; j'ai néanmoins une vraie amitié pour Feminicid (et ça serait si audacieux pour le jury de récompenser un roman aussi propice aux trigger warnings)

En VO, je serais bien embêté entre Vorrh, Notre part de nuit et Gnomon. Si je devais absolument voter je crois que je voterais pour Gnomon et sa brillante construction en regrettant de n'avoir pas vôté pour la maitrise de Notre part de nuit.
Baroona a dit…
C'est exactement ce que je te demandais, tu as l'oeil vif. =P