Eight Billion Genies - Soule - Browne

Beaucoup de boulot de lecture en ce moment donc peu de temps de lecture (comprenne qui voudra) . Juste un mot donc pour signaler ce comic complet intitulé Eight Billion Genies . C'est rythmé, dynamique, agréable à lire, et ça incite (un peu) à réfléchir. La fin est juste un peu trop mellow à mon goût mais c'est une opinion ouverte à débat qui de surcroit ne change rien au fun/plaisir global ressenti à la lecture. Pour donner un peu de chair à cette chronique étique qui n'ira pas dans mon Top10, ci-dessous le pitch éditeur et, juste au bout d'un clic,  l'intéressante chronique cérébrale de Weirdaholic . Enjoy ! Huit milliards d'êtres humains peuplent la Terre. Puis soudainement, huit milliards de génies font leur apparition et proposent à chaque individu de réaliser le voeu de son choix. Entre ceux qui se précipitent, ceux qui souhaitent le pire et ceux qui vont soupeser leurs options, c'est tout l'équilibre de notre planète qui va être bouleversé en que

Bien-aimé - Ian MacLeod in Bifrost 110


Dans Bifrost 110, on trouve toutes les rubriques habituelles et un très complet dossier consacré à Alastair 'Inhibiteurs' Reynolds.

On y trouve aussi une bonne nouvelle de Ian MacLeod intitulée Bien-aimé, déjà parue en français dans l'anthologie Century XXI (sous un titre différent).


Dans ce court texte qui se passe ici et dans pas trop longtemps, MacLeod dresse à la deuxième personne du singulier le portrait de la nuit banale d'une travailleuse du sexe dans un monde où l'échange temporaire de conscience est possible entre client et prostituée. Mon esprit dans ton corps et le tien dans le mien au moment de faire la bête à deux dos, c'est faire une expérience sexuelle inhabituelle, c'est aussi pouvoir assouvir des fantasmes masochistes sans endommager son propre corps et certainement avec la satisfaction secrète de meurtrir celui d'un autre payé pour l'accepter.

Dur sans être larmoyant, délicat comme toujours chez MacLeod, Bien-aimé fait du lecteur le voyeur gêné de la rencontre, dans une forme de banalité du Mal ordinaire, entre deux mondes dont l'un n'est fait que pour être abusé par l'autre. Ce texte est de ces nouvelles qui, en peu de mots, touchent et interrogent. Rappellent aussi qu'en lisant MacLeod on pense toujours un peu à Paul Schrader.

Sur MacLeod on peut lire aussi.

Commentaires

Unknown a dit…
Il aurait fallu rappeler que la nouvelle est déjà parue en français dans l'anthologie Century XXI (sous un titre différent).
J'ai eu la mauvaise surprise de découvrir ça en lisant le Bifrost 110. Donc attention à ceux qui ont déjà l'anthologie dans leur collection, c'est un élément à prendre en compte.