Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Le vagabond des étoiles tome 2 - Brève revue de BD



Juste quelques mots pour dire la sortie du tome 2 du Vagabond des Etoiles, l'adaptation de Jack London par Riff Reb's.
Le prisonnier Standing, toujours accusé injustement, toujours soumis à des traitements aussi inhumains que dégradants, s'évade de plus en plus souvent dans ses vies antérieures pour échapper à l'enfer que lui font subir les responsables.

Enfant de pionnier assassiné, noble tué en duel, marin italien succombant aux conséquences de sa jalousie, chevalier romain contemporain de Ponce Pilate, femme naufragée sur une île déserte telle Robinson Crusoë, etc... Tous sont Standing et Standing est tous. Les gènes humains de l'un se retrouvent dans l'autre, les tribulations humaines trop humaines de l'enfant sont celles aussi de l'antique viking romanisé comme celles de tous les autres. Les heurts et malheurs de l'Homme sont ceux de tous les hommes.
La folie, la colère, le meurtre, la trahison, la cruauté ; même si jamais un système rationnel ne s'acharna sur des hommes comme le sytème carcéral californien le fit sur Standing et ses compagnons d'infortune.
Si chaque homme est tous les hommes, le sort de chaque homme ne peut laisser aucun homme indifférent. C'est le message de London.

Récit d'aventure, fut-elle intérieure, récit d'évasion dans l'imagination, dénonciation d'un système pénitentiaire qui n'est qu'occultation définitive et d'une peine de mort que London contesta toute sa vie, "Le Vagabond des Etoiles" est un beau texte, très joliment mis en images par Riff Reb's. A lire.

Le vagabond des Etoiles t2, Riff Reb's d'après Jack London

Commentaires

chéradénine a dit…
Je poursuis ma revisite d'anciens articles au regard de mes lectures !
Je ne connais ce texte qu'à travers l'adaptation BD, mais j'ai trouvé le message toujours moderne et puissant. Au début, je n'avais pas saisi ce principe de revivre des vies antérieurs, auquel je préfère l'idée d'une imagination décuplée par cette privation extrême de liberté et de soins. Entre cette oeuvre et Martin Eden (là encore lue en BD), j'ai l'impression de saisir la grandeur de London, même si je serais intimidé par l'idée de l'explorer dans le matériau original.
Les adaptations BD de romans se font par milliers et j'en profite allégrement, tout en sachant que ça ne remplace pas l'intimité d'un roman.
Gromovar a dit…
J'ai trouvé ces deux adaptations vraiment excellentes. Et ça permet de gagner un peu de temps quand on lit beaucoup et qu'on ne peut pas lire tous les romans qu'on voudrait.
Ma triste vie.