La Grande Guerre de Charlie - Mills - Colquhoun

Charley's War – " La Grande Guerre de Charlie " – est une BD de Pat Mills dessinée par Joe Colquhoun et publiée sous forme de courts strips de trois puis quatre pages dans la revue Battle Picture Weekly entre 1979 et 1988. Le label français Delirium en a publié une intégrale en dix volumes ; pour fêter ses dix ans d'existence il sort aujourd’hui une ouvrage de belle taille contenant l'intégralité des épisodes consacrés à la Bataille de la Somme assortis d'interviews des auteurs et de reproductions de certaines couvertures. Il fallait bien que je m'y plonge. Décidé à montrer les horreurs et la cruauté sans nom d'une Grande Guerre dont on pensait bêtement qu'elle serait la Der des Ders, Mills le fait à travers le personnage de Charlie, un jeune Anglais de 16 ans guère futé mais très patriote qui s'engagea en mentant sur son âge quand on lui dit que son roi avait besoin de lui. Arrivé en France au milieu des  Pals Batallion , Charlie se retrouve

Deuil pour tous les peuples


C'est par ces mots que l'Humanité annonça la mort de Joseph Staline. Quelques jours plus tard, Les lettres françaises publiaient en première page un portrait-hommage de Staline par Picasso. Aragon le lui reprochera en ces termes : « on peut inventer des fleurs, des chèvres, des taureaux, et même des hommes, des femmes - mais notre Staline, on ne peut pas l’inventer. Parce que, pour Staline, l’invention – même si Picasso est l’inventeur – est forcément inférieure à la réalité. Incomplète et par conséquent infidèle. ». Ca donne une idée, je crois, de l'ambiance de l'époque.
"La mort de Staline, Agonie" du duo Nury, Robin, sera un diptyque dont le premier volet vient de sortir. Il raconte en mêlant faits avérés et fiction les sept jours qui se sont écoulés entre le malaise de Staline et l'annonce de sa mort. Durant cette semaine, la succession s'organise, et les couteux s'aiguisent.
Le scénario de Nury met en exergue la folie qui sévit au coeur du pouvoir soviétique en ce début des années 50. Un pouvoir absolu s'exerce à Moscou, au sein duquel les pires turpitudes prospèrent. Lâcheté, trahison, alcoolisme, perversion sexuelle, que font les hommes quand ils peuvent tout faire ? La réponse est : Tout.
Nury montre aussi parfaitement comment le système stalinien ne fonctionnait plus que pour assurer les privilèges de ceux qui le contrôlaient, et à quel niveau d'absurdité il était capable de se projeter.
Les dessins de Robin, détaillés et ternes, rendent à merveille l'ambiance glauque du moment. Les visages sont épiées pour tenter d'y déceler les intentions cachées (le visage de Béria demandant au téléphone si c'est grave est une merveille de jubilation). La mise en page dynamique illustre la frénésie de l'instant.
"La mort de Staline, Agonie" est un bon complément à la lecture d'Enfant 44.
La mort de Staline t1, Agonie, Nury, Robin

Commentaires

Cédric Ferrand a dit…
Que les Russes élevés dans le stalinisme le plus pure aient eu des réactions hallucinantes, je le comprends, c'est la nature même du système. C'est quand je lis les panégyriques des staliniens comme Aragon ou Picasso que je tombe (encore) des nues. Aucun doute, aucune remise en question, alors que la vérité était connue. Un aveuglement dogmatique pareil de la part du PCF de l'époque, c'est difficilement excusable.
Gromovar a dit…
Pas mieux. Tu sais que j'ai encore quelques amis qui sont capables de s'insulter en cours de soirée à propos du stalinisme.
Cédric Ferrand a dit…
Un adage de l'époque me fait encore rire, le fameux "Il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron". Quand tu vois la position ambiguë de JP qui a dit des conneries aussi énormes que "En URSS, la liberté de critique est totale", ça te donne une idée de l'hémiplégie idéologique de leur temps.
Efelle a dit…
La seule chose qui m'a arrêté au moment de mon passage en librairie BD, c'est la mention tome 1... :(
Gromovar a dit…
Il n'y en aura que deux. On peut garder espoir.

Ceci dit, il est vrai qu'il est plus agréable de lire plusieurs tomes en enfilade mais j'ai toujours peur que les tomes suivants ne sortent pas si le premier se vend mal. Ce qui, je le sais, est un peu absurde.
Efelle a dit…
De mon côté, je suis plutôt preneur des albums one shot de 90 pages...

J'ai toujours peur avec les séries de me retrouver le bec dans l'eau suite à l'arrêt prématuré de cette dernière ou sa chute en qualité (XIII par exemple).
Gromovar a dit…
Su le fond je suis d'accord avec toi. Mais il y a tellement peu de gros one-shot de qualité.