Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

MIND MGMT - Matt Kindt


Ici et maintenant (version Histoire secrète). Meru Marlow est une jeune journaliste d’enquête un peu à la dérive. Après un livre qui s’est très bien vendu, elle cherche depuis longtemps et vainement un autre sujet intéressant à traiter. Jusqu’à l’affaire des passagers amnésiques du vol 815, qui ranime la flamme et la lance sur un secret titanesque dont elle était à mille lieux d’imaginer l’existence et au cœur d’une confrontation planétaire dont elle devient l’enjeu.

Meru commence son enquête en recherchant le seul passager du vol 815 que l’amnésie n’a pas affecté, Henry Lyme. Au milieu de dangers sans nombre que rien ne laissait imaginer au départ, aidée par un étrange « agent de la CIA », Meru traque Lyme du Mexique à l’Asie du Sud-Est. Lorsqu’elle le retrouve enfin, caché dans un village isolé, il lui raconte l’histoire incroyable du Mind Management, une organisation secrète qui influe depuis des décennies voire des siècles sur la marche du monde. Dans quel but ? Avec quels appuis ?
Ce qui est sûr en tout cas, c’est que la dite organisation emploie des individus dotés de pouvoirs exceptionnels tous liés au contrôle de l’esprit – à l’exception des Immortels qui sont les gros bras du MIND MGMT. Ce qui est sûr aussi, c’est que Lyme était l’un des plus puissants agents du MIND MGMT, et qu’il a très gravement dérapé. Ce qui est sûr encore, c’est que le MIND MGMT a été dissous et qu’il semble qu’il soit en cours de reconstitution. Ce qui est sûr enfin, c’est qu’après avoir expliqué tout cela à Meru, Lyme lui efface la mémoire à l’aide de ses pouvoirs avant de la renvoyer à sa vie d’avant. Et que, mémoire vierge, elle s’y remet : déprime, enquête, traque, révélation. Again and again and again.
Mais chaque itération la voit un peu plus épuisée. Et chaque itération la rapproche du moment où le cycle samsariesque des renaissances mémorielles s’achèvera, non dans la dissolution du nirvana mais dans l’inévitable confrontation entre ceux qui veulent ressusciter le MIND MGMT et ceux qui s’y opposent. Quand l’histoire commence on ne donne pas cher des seconds.

Commençons par le commencement : MIND MGMT c’est laid. Pas laid comme certains trouvent que Sandman l’est. Sandman est riche de styles qu’on peut ou pas apprécier, MIND MGMT est juste laid (encre et aquarelles foutraque au point que parfois on hésite sur l’identité d’un personnage). Travaillé sans doute, mais laid.
Disons la suite : la série complète est constituée de trois gros albums et à la fin du premier on peut vraiment se demander comment ce qui semble aussi linéaire dans le récit qu’éclaté dans les toppings pourra acquérir une cohérence.

Et pourtant, soyons clair, MIND MGMT est une très bonne série. Au fil du millier de pages réalisées dans plusieurs styles différents qui livrent à la fois la trame principale (avec ses boucles récurrentes) et des éléments d’information (nombreux) dont la fonction est de présenter des personnages ou des situations à venir, la série se décante au point de faire émerger une cohérence du chaos des boucles mémorielles, autour d’un attracteur étrange qui est le récit des événements présents et la vérité des faits passés. Et alors ça devient de plus en plus brillant.
Brillant car du foutoir émergent, point par point, le rôle de chacun et les relations qui les lient.
Emergent les agents assassinés et ceux qui sont restés dormants, les toujours actifs et les néo-recrutés, les vieilles haines et les amours consumées, les monstres et les freaks, les mages et les scientifiques, l’ultra-rationalité et la folie de la perte de contrôle.
Emerge l’histoire d’une organisation qui a travaillé seule avant de s’allier aux puissances étatiques, qui a voulu le meilleur pour l’humanité avant de s’assurer avant tout de sa propre survie, qui a aidé les freaks du monde à trouver leur place avant d’en engendrer de toutes pièces de manière artificielle, qui a été un havre pour certains et une prison pour d’autres, etc.

Matt Kindt raconte cette très longue histoire en la présentant comme un assemblage de dossiers archivés. Papier jauni, fac-similé de documents, notes de bas de pages ou de bords de pages, enluminures diverses, la création de Kindt ne se trouve pas seulement dans les cases, elle occupe l’ensemble de chaque page. C’est un travail colossal auquel s’est astreint l’auteur, qui, bit par bit, point par point, a composé un paysage impressionniste de très grande qualité qui ne se donne à voir que très progressivement au lecteur. Mais alors, quel choc ! Et quel plaisir !

A lire et sans doute à relire dans la version française de Thomas de Châteaubourg, réalisée par les orfèvres de Monsieur Toussaint Louverture.

MIND MGMT Intégrale 3 tomes, Matt Kindt

Commentaires

Baroona a dit…
C'est un résumé parfait de pourquoi j'ai envie de lire cette série depuis sa sortie et pourquoi dans le même temps je ne l'ai pas encore fait. Mais puisque la 'récompense' est à la hauteur, il faudra que je passe outre et que j'ose me lancer un jour.
Gromovar a dit…
Voilà. Faut tenter. En bibli peut-être.
chéradénine a dit…
Ayant lu cette trilogie en médiathèque avec un certain laps de temps entre chaque tome, j'ai sans doute eu plus de mal à me rendre compte de la pleine réussite ou non du projet de l'auteur. Je pense surtout au texte écrit à la verticale se rapportant à des tutos pour membres de la MGMT. Ils développent peu à peu une organisation tentaculaire, ultra complexe, exigeant de ses agents une forme de sacrifice de soi supérieure au simple don de sa vie...mais j'ai eu l'impression que ce trip textuel, agissant d'abord comme un teaser permanent, n'ait pas un peu éconduit le lecteur sur ce qu'il pouvait attendre du récit en lui-même, pas si fragmenté que ça (tant mieux d'avoir évité l'excès). Je suis sûr d'avoir raté plein de trucs, et le récit "répond" en permanence à ce manuel mental de chaipukoi, mais j'ai quand-même eu l'impression d'un vernis de complexité qui ne se concrétisait pas totalement, sinon dans un arrière-plan suggéré, ce qui a son propre charme.

Je me suis peut-être totalement planté, faute de garder en mémoire pas mal d'éléments (je lis moult bd en même temps, même si j'ai relu en diagonale les précédents), et pour autant, j'ai passé un bon voire très bon moment, notamment lors de certains encarts sur des membres qu'on ne reverra pas. C'est nettement plus ambitieux que Dept.H qui était plaisant à sa manière, et j'avoue qu'il y a une audace chez cet auteur qui m'épate: il n'a pas peur que ses visuels rebutants ou naïfs fassent écran avec le reste de sa proposition artistique. Ça m'a peut-être rendu plus exigeant: "si t'es aussi brut de décoffrage dans ta mise en scène (dans le récit de Meru, pas pour l'architecture globale), alors ton histoire doit vraiment être imparable".

Hâte d'avoir la suite de Folklords !


Gromovar a dit…
Wow, longue analyse.
Je pense vraiment et tu sembles le confirmer qu'il vaut mieux lire les trois tomes en enfilade même si ça prend quelques jours. Sinon, je pense que la manière dont les éléments se décantent est moins explicite.