Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Hey ho hey ho From home to Mars I go


Chacun sait bien que le premier voyage vers la Lune a été réalisé par un groupe d’aventuriers déterminés et audacieux à bord d’un obus de canon creux tiré par la bouche à feu la plus énorme de l’Histoire de l’Humanité. Le canon utilisé par les explorateurs, construit pour des raisons pratiques en Floride, s’inspire des Columbiad américains, canons de défense côtière de gros calibre, d’où le titre de la nouvelle de Baxter.

Car ce que nous raconte le grand Stephen ici, c’est la suite méconnue de cette histoire, le voyage vers Mars en solitaire de Impey Barbicane, toute déception bue après son voyage lunaire.
Baxter profite de l’occasion pour rendre un hommage moqueur aux erreurs scientifiques les plus flagrantes de Verne, et pour asséner un ultime coup sur la tête du pauvre Barbicane qui rêvait encore de Nature et de vie martiennes. Barbicane et Curiosity, même combat !

Un texte amusant et référentiel, guère indispensable mais pas à éviter pour autant. Et pour le prix modique de 0 € jusqu'au 30 avril, pourquoi passer au large ?

Columbiad, Stephen Baxter

Cette nouvelle participe au Challenge JLNN

Commentaires

Lorhkan a dit…
Téléchargé !
Vert a dit…
Je l'ai récupéré aussi du coup, merci pour l'info ^^
Gromovar a dit…
Tant mieux :)