Noon du soleil noir - L.L. Kloetzer

L'auteur bicéphale L.L. Kloetzer restera pour toujours le premier lauréat du Prix Planète SF des Blogueurs avec son jamais imité Cleer . C'était il y a onze ans. Quelques romans et nouvelles plus tard, il revient aujourd'hui avec " Noon du soleil noir ", un court roman hommage au genre Sword and sorcery . Ailleurs et hier, dans la Cité des toges noires. La plus grande ville du monde connu est le lieu de tous les possibles. Gouvernée par un Suzerain enfant, administrée par une oligarchie d'eunuques, corrompue du haut en bas et jusqu'à la moelle, carrefour du commerce des biens et lieu d'entrecroisement des hommes, la Cité est singulièrement le rude havre de Yors, un ancien mercenaire fatigué et boiteux qui cherche de faciles missions pour gagner de quoi survivre – on n'appellera pas ça vivre. C'est près du Caravansérail que le vieux baroudeur est engagé par Noon, un jeune homme visiblement aussi riche qu'un peu lunaire récemment arrivé en

Music to die for


A la demande du Traqueur Stellaire je vais tenter de parler un peu de musique. Qu'on y prenne garde ; je ne sais pas le faire. N'ayant pas la moindre idée de la manière de chroniquer un album (je devrais prendre des leçons chez Mélanie Fazi) , je vais m'en tenir à une chose qui me paraît faisable. Je présenterai les chansons qui comptent pour moi car elles m'inspirent (Up the Irons !) ou qu'elles me donnent (au sens propre du terme) la chair de poule. Vous en déduirez ensuite ce que vous voulez.

Commençons par l'album que j'ai peut-être le plus écouté, celui qui me plonge encore dans des transes d'effroi, "Pornography" de The Cure. Monument cold-wave aux paroles désespérées et à la production glaçante, je serais curieux de savoir ce qu'y comprendraient les pisseuses gothiques contemporaines qui mettent du noir à lèvres pour assortir leur bouche à leur Birkenstock noires. De "Pornography" je voudrais tout mettre en lien (sauf peut-être "The Hanging Garden"). Dans un souci de concision, je me limite à "Siamese Twins" qui est la chanson sur le couple la plus tragique que je connaisse.

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Pour une première blogo-chronique musicale, tu t'en sors bien ! Merci d'avoir joué le jeu :)
Efelle a dit…
Les Cure a part Love Cats et Lullaby je n'y connait rien.
Tu parles bien de cet album mais après écoute ce n'est pas ma came.
Gromovar a dit…
Le prochain post sera metal ;-)
Philippe a dit…
Ahhh Seventeen Seconds, Faith et Pornography. Tu as toute mon empathie !
Gromovar a dit…
Viens que je te bise :)
Gromovar a dit…
Faudra aussi que je poste des morceaux du concert de Barcelone en 85. De loin leur meilleur concert. M, One hundred years et The forest y sont sublimes.
Philippe a dit…
Ah oui excellent choix. le wahon wahon wahon wahon it doesn't matter if we all die...est...inoubliable. Et l'intro très lente de A Forest avec la remontée de guitare jouée très délicatement ! Ca y est faut que je le retrouve