La Muraille de Chine - Franz Kafka

Ressortie du recueil La Muraille de Chine de Franz Kafka aux Forges de Vulcain. Traduit par Stéphane Rilling qui postface et nanti d’une intéressant préface d’Éric Pessan, le recueil est articulé autour de La Construction de la muraille de Chine , une nouvelle de longueur moyenne, et de textes beaucoup plus courts, tous écrits entre 1917 et 1922 alors que l’empire austro-hongrois s’effondrait, que l’antisémitisme montait, parallèlement au sionisme, et que l’intérêt pour le Chine, immense et en partie incompréhensible, était fort. Passé Le chasseur Gracchus , un premier texte dont l’intérêt narratif m’a largement échappé, Kafka construit ici par fragments (certaines nouvelles ne font que deux ou trois pages) la vision d’un monde qui échappe largement à la compréhension humaine et dans lequel l’absurde (on le dit toujours) mais aussi l’arbitraire (on le dit parfois moins) est la norme. Le monde de Kafka est immense, comme la Chine. Immense au point que l’homme normal n’en voit jamais

BOF


Lent, verbieux, et de ce fait peu enthousiasmant, "Ally" est le signe incontestable d'un cycle qui s'étend trop, le syndrome "Wheel of Time". Karen Traviss n'est pas George R R Martin et, utilisant beaucoup de personnages (quoique...) sur beaucoup de lieux, elle ennuie plus qu'elle ne captive. Dommage j'avais bien aimé le début du cycle et même la suite immédiate.
Ally, Karen Traviss

Commentaires

arutha a dit…
Je n'avais pour ma part pas pu dépasser la moitié du premier opus. Les personnages principaux sont des écolos un rien extrémistes et je ne les ai pas trouvés le moins du monde attachants.
Et ce n'est pas Georges qui a écrit The Wheel of Time mais Robert. Paix à son âme.
Gromovar a dit…
Pour Robert, je sais. Je voulais simplement dire que lorsqu'on écrit un cycle de milliers de pages on peut s'y enliser comme Robert Jordan a fini par le faire, ou pas, comme le grand George (même s'il met quatre ans pour écrire un volume).
En ce qui concerne le début j'avais bien aimé parce que je trouvais que ça traduisait bien l'intrication des situations de combat.
arutha a dit…
Mille excuses.
Ce n'est qu'après avoir envoyé mon commentaire que l'idée m'est venue que je pouvais avoir mal interprété tes propos, ce que tu confirmes.
Je dois tourner sept fois ma souris sur son tapis avant d'écrire.
Je dois tourner sept fois ma souris sur son tapis avant d'écrire.
Je dois tourner sept fois ma souris sur son tapis avant d'écrire.
Je dois ...
Gromovar a dit…
No problemo :-)
ceci est donc la suite de la "Guerre des Wes'harr"... mais celle non-traduite et totalement dispensable alors? Je vais déjà me faire le tome 2 et 3, puis le reste j'oublierai. Les lectures ne manquent pas!
Gromovar a dit…
Sage décision :-)