Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Elric t5 le Nécromancien, Blondel, Sécher, Cano


Deux petits mots pour signaler le début de la deuxième tétralogie Elric en BD, toujours adaptée par Blondel et Cano. Valentin Sécher, qui avait déjà collaboré avec Blondel sur l’adaptation très réussie de L’heure du dragon, s’est joint au duo (et aux pinceaux) pour ce cinquième tome et c’est un bel apport.


Après quatre volumes qui développaient le début de la saga d’Elric, sa déchéance, l’arrivée de Stormbringer, la confrontation avec Yyrkoon, la mort de Cymoril, l’intervention des démons, celle des élémentaires, la chute d’Ymrirr, and so on – et en dépit d’une faiblesse scénaristique évidente dans le tome 3 –, commence maintenant la partie purement Jeunes Royaumes de l’épopée, celle que les hordes d’ex-adolescents qui ont découvert Elric par Donjons et Dragons ou par le jeu Stormbringer – comme Pierre Pevel, le préfacier de ce tome 5 – connaissent le mieux car Elric y parcourt les lieux qu’eux-mêmes ont arpenté lors d’interminables nuits de jeu (à moins que ce ne soit l’inverse).


Ce Nécromancien reprend une partie de la nouvelle Tandis que les dieux rient et surtout la nouvelle La citadelle qui chante – où s’illustre l’inénarrable dieu bouffon Balo. Les deux textes étaient (sont) lisibles dans le volume intitulé Elric le Nécromancien.

Dans un récit aussi tendu que percutant – plus dark fantasy qu’heroic imho – et par-delà les péripéties que vit Elric dans ce volume, les auteurs de l’album mettent en scène de façon magistrale la relation d’amour/haine, de domination peut-être, d’emprise sûrement que Stormbringer a instauré avec son porteur, le frêle empereur albinos qui n’est physiquement rien sans elle et qui accepte – fut-ce avec remords et regrets – le prix qu’elle fait payer pour son assistance. Eric et sa sombre compagne ne font qu'un, toujours unis pour le pire et pour le pire.


Héros torturé, anti-héros véritable, innovation absolue quand il fut inventé par Michael Moorcock dans les 60’s, Elric erre de lieu en lieu et d’aventure en aventure, portant sans cesse, sur ses maigres épaules et comme en bandoulière, le poids de la culpabilité lié au sort de Cymoril, le désir d’être humain et la certitude de ne pouvoir l’être, le cri d’horreur des âmes bues par Stormbringer, la dette antique qui l’attache aux seigneurs du chaos, et la peur constante de tuer ceux qu’il aime. Comment ne pas prendre fait et cause pour lui ?

Sécher illustre le monde crépusculaire d’Elric avec des dessins d’une grande beauté et une colorisation brumeuse qui donnent un élément d’irréalité à l’album autant qu'ils suggèrent la présence d'une menace constante juste au-delà des portes de la perception. Citant Pével citant Wilde, je dirai que Sécher et ses comparses illustrent à merveille un monde « passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation ».

Et puis il y a les compagnons d’Elric, qui arrivent ici et l’humanisent contre son gré : le gai bretteur Tristelune qui sera son plus fidèle compagnon, Rakhir l’archer rouge qui apparaît à la toute fin de l’album, la reine Yishana qu’il croisera plusieurs fois.

C’est aussi dans ce cinquième album que l’arch-ennemi d’Elric, le Pan Tangien Theleb K’aarna, fait sa première apparition et qu’il est heureusement vaincu, cette première fois, par l’empereur déchu de Melniboné.


Dessins, scénario, tout est réussi dans cet album que se doivent de lire tous les amateurs d’Elric, sans oublier tous les lecteurs qui aiment les destins tragiques car il y a peu de destins plus tragiques que celui d’Elric, aventurier, sorcier, meurtrier, déclassé, et désespérément solitaire.


Elric t5 le Nécromancien, Blondel, Cano, Sécher

Commentaires

Anonyme a dit…
Tiberix: Enfin ! Je croyais la série morte et enterrée comme cela arrive souvent. La bonne surprise du mois !
Anonyme a dit…
Tiberix: Je dois dire que je suis assez déçu par ce nouveau tome. Le récit est très clipé. On passe d'une scène à l'autre sans grande transition, ce qui à la limite n'est pas très grave quand on doit zapper 3 mois de voyages en mer où il ne se passerait pas grand chose. Mais le problème pour moi et qu'il n'y a pas d'évolution des personnages. Tristelune est rencontré en trois cases et la page d'après c'est devenu le meilleur ami d'Elric. La pièce de résistance dans la Tour qui Chante est expédiée en quelques pages. Balor est rencontré, démasqué et vaincu en quelques cases. Dans tout cela Theleb Kaarna fait plus ou moins de la figuration. Et tout est à l'avenant.

Pour quiconque connaissant plutôt bien les aventures d'Eric on a l'impression de revoir quelques photos de vacances passées et cela nous rappelle de bons moments mais sans rien de précis à la clef...


Je trouve que les précédents tomes faisaient un réel meilleur job à faire ce travail d'équilibriste pour un scénariste de BD d'enchaîner les moments critiques de différentes aventures pour restituer une narration plus cohérente. Je ne dis pas que c'est un exercice facile, mais ici on passe à côté.

Bof, bof. : /
Gromovar a dit…
En le lisant je me disais que c'était plus destiné à quelqu'un qui connaissait les récits originaux qu'à un néophyte. Tu confirmes.