Les Bonbons d'Halloween - Michael McDowell

Fidèle à sa politique de vulgarisation de l'œuvre de Michael 'Blackwater' McDowell, Monsieur Toussaint Louverture propose encore une nouvelle gratuite à télécharger jusqu'au 6 mai 2024. Alors, presse-toi lecteur ! Les Bonbons d'Halloween est un texte basé sur le scénario de l'épisode 28 de la série Tales from the Darkside , diffusé pour la première fois en 1985. On y lit un récit qui a le caractère self-contained de ces petits épisodes fantastiques qu'on aime regarder à la télévision, un récit qui se conclut sur une chute assez imprévue pour être excitante. Les Bonbons d'Halloween , c'est l'histoire d'un très désagréable Scrooge américain qui n'aime rien ni personne et prend un malin plaisir à ne pas satisfaire les enfants d'Halloween qui viennent frapper à sa porte pour obtenir des bonbons. Mais tout à son atrabile, Killup, le sale bonhomme au centre du récit, a oublié que les enfants d'Halloween n'expriment pas une simpl

De l'espace et du temps - Alastair Reynolds


Dans un avenir plutôt proche, John Renfrew est seul sur Mars. Pas comme Mark Watney, ce héros de Seul sur Mars qui attend avec espoir un secours qui finira par arriver. Plutôt comme le dernier survivant d’une base martienne qui vient d’inhumer sa dernière coéquipière et n’attend presque rien d’une Terre où ne vit sans doute plus aucun humain après qu’un virus militarisé ait anéanti l’espèce humaine jusque dans sa lointaine colonie spatiale.

Que faire quand on est seul ? Le dernier ? Pourquoi continuer à vivre ?


Pour un homme dans son inédite situation l’ennemi est l’espoir. Celui d’un miracle qui le sauverait. Tuer l’espoir et consacrer son temps à autre chose qui le remplisse, indépendamment de toute attente, paraît être la seule planche de salut. Il l’a compris, c’est le pianiste de la base qui lui a expliqué. Un pianiste qui n’existe sans doute que dans le cerveau ébranlé de John.

L’homme se jette alors dans l’étude de la cosmologie avec les moyens dont il dispose dans la base martienne. Mais, parce qu’il est si difficile à tuer cet espoir ce sale espoir dont se raillait le chœur d’Antigone, ou alors simplement pour ne pas devenir fou – ou bien au contraire parce qu’il l’est devenu –, John Renfrew continue d’aller régulièrement écouter si un signal radio vient de la Terre. Et voilà qu’un jour il détecte une modulation en approche. Nette, claire, impossible à nier. Et que de là tout bascule, à tous les sens possibles du terme.


De l’espace et du temps est une novella cosmologique d’Alastair Reynolds. On y voit John Renfrew partir à l’assaut de l’explication de l’univers, du sous-jacent théorique qui explique tout et que toute expérimentation valide. Pour accomplir la quête proprement popérienne qui doit le mener jusqu’au moment où plus rien n’est falsifiable car tout a été démontré ou alors prouvé par l’expérience, il lui faut une aide non humaine incroyablement puissante, des abîmes de temps, et l’abandon de tout ce qui constituait son humanité matérielle. A ce prix seulement, l’astronaute abandonné, qui peinait comme quiconque à concilier vision relativiste et vision quantique de l’univers, approche puis finit par atteindre une Théorie Globale dans laquelle il n’y a plus rien à falsifier.


Ayant laissé derrière lui sa carcasse d’astronaute, John Renfrew, libéré par un pouvoir si grand qu’il a pour seules limites celles de son imagination, a vu tout l’univers, l’a compris jusqu'à sa trame ultime, jusqu’à être presque capable d’en faire naître un autre. Supériorité de l’écrivain qui imagine sur l’astronome qui cherche.

Voila peut-être pourquoi Alastair Reynolds a décidé un jour de 2004 de cesser d’être astrophysicien à l’ESA pour se consacrer uniquement à sa carrière d'auteur SF. Nous, toi et moi, lecteur, y avons gagné quelques belles créations, souvent structurées de temps long. Ce texte en fait partie même si on peut lui reprocher une certaine froideur. Mais le jour où un roman de blanche offrira une métaphore popérienne qui passe par la création d’un super-être n’est pas encore arrivé. Alors ne boudons pas notre plaisir. SF rulez !


De l’espace et du temps, Alastair Reynolds

L'avis de Feyd Rautha

Commentaires