JC Dunyach excelle dans le Bifrost 115

Dans le Bifrost 115 , sous une couverture qui fleure bon l'Age d'or, on trouve les rubriques habituelles : édito d'Olivier Girard, critiques des sorties récentes, scientifiction (sur les Anti-Terre, par le duo Chemla Lehoucq, qui parlent même de Gor ce qui prouve, en nos temps éveillés, une liberté d'esprit méritoire) . On y trouve aussi un imposant dossier James Tiptree Jr. coordonné avec énergie et entrain par l'encyclopédique Jean-Daniel Brèque. Et, comme toujours, quatre nouvelles. Les Objets savent , de Jean-Claude Dunyach, est la première nouvelle de la revue. Petit bijou d'humour et de pétillance, elle raconte la résolution express d'une affaire de meurtre par l'IA d'un véhicule militaire reconverti en taxi qui utilise pour ce faire son immense puissance de calcul ainsi que celle de toutes les objets connectés qui l'environnent. Que font les IA sentientes de leur temps ? Elle échangent, ragotent, réfléchissent, et parfois résolvent des af

Mariana Enriquez : Ce que nous avons perdu dans le feu

BLOG EN MODE DÉGRADÉ

ON REFERA MIEUX QUAND ON POURRA MIEUX.

JUSQUE LÀ, LECTEUR, POUR ENCORE QUELQUES MOMENTS, IL TE FAUDRA ACCEPTER DE ME FAIRE CONFIANCE SUR JUSTE DEUX OU TROIS LIGNES.


Sur Ce que nous avons perdu dans le feu, quelques mots, après ceux écrits sur Les dangers de fumer au lit, l'autre recueil de nouvelles traduites de Mariana 'Notre part de Nuit' Enriquez.

Les deux recueils sont proches, dans les thèmes comme dans l'écriture. De nouveau ici, des filles et des femmes. De nouveau, un foisonnement de situations banales qui glissent lentement vers l'incroyable, surnaturel ou pas. De nouveau, une grande facilité à parler sexe. Comme précédemment aussi, des relations F/H rarement satisfaisantes à long terme ; celles qu'entretiennent les jeunes et les vieux ou les parents et enfants étant souvent encore pire.

Et toujours, la description d'un monde qui a connu la dictature et ne l'oublie pas facilement car les lieux perdurent, les inégalités criantes d'une société où les bidonvilles et la misère extrême côtoient les banlieues chics, les incongruités d'un pays où cohabitent religion institutionnelle et croyances vernaculaires.

Ce sont les pauvres, particulièrement les enfants, qui font les frais de ces imparfaites solutions de continuité et aussi, souvent de leur propre chef, ce sont des psychés et des corps féminins qui souffrent. Dans le monde d'Enriquez il ne fait pas bon être l'un ou l'autre.


Dans ces récits, l'autrice, qui croque de façon très vivace des personnages à qui elle donne une vraie épaisseur, fait montre d'une très grande capacité à faire monter le tension progressivement, à faire sourdre une menace d'une situation qui parait relativement banale, à donner à sentir une part de nuit qui, même non décrite, pèse sur les nouvelles et leur lecteur - on notera d'ailleurs que l'une des nouvelles évoque fortement certains passages du roman multiprimé d'Enriquez.

La violence, la folie, la colère, sont omniprésentes dans Ce que nous avons perdu dans le feu. Tout y est noir et inquiétant – jusqu'à Patti Smith qui le dit ;) Enriquez est clairement la maitresse des ambiances. Et, dans le genre, elle se permet même un pastiche lovecraftien. 

On regrettera juste, au cœur d'un bilan très satisfaisant – le cœur de la beauté vénéneuse du recueil étant sans doute la merveilleuse de pertinence description « d'années intoxiquées » dans lesquelles folie douce et mal-être se concentrent et infusent – que certaines histoires s'arrêtent trop au milieu du gué, laissées à voguer sur leur erre, et que la nouvelle titre soit, dans son propre genre, aussi absurde que le roman Cadavre exquis de Agustina Bazterrica.


A lire.

Ce que nous avons perdu dans le feu, Mariana enriquez

Commentaires

Tigger Lilly a dit…
"certaines histoires s'arrêtent trop au milieu du gué, laissées à voguer sur leur erre," -> ce qui est aussi le cas des Dangers… , c'est encore plus ou exactement dans la même veine ?
Gromovar a dit…
Tu me poses une colle. Je dirais pareil ou si c'est un peu plus seulement un tout petit peu plus.