Roger Zelazny - Le temps d'un souffle, je m'attarde

Ressortie aujourd'hui dans la toujours pertinente collection Dyschroniques du "Destination fin du monde" de Robert Silverberg qui n'était plus disponible en français depuis longtemps. Rappelons que la maison d’édition indépendante Le passager clandestin est une toute petite maison radicale, engagée et militante contre une certaine forme insatisfaisante du monde. Au milieu des non fictions, on y trouve la collection Dyschroniques qui remet à l’honneur des textes anciens de grands noms de la SF.  Nouvelles ou novellas posant en leur temps les questions environnementales, politiques, sociales, ou économiques, ces textes livrent la perception du monde qu’avaient ces auteurs d’un temps aujourd’hui révolu. On notera que chaque ouvrage à fait l’objet d’un joli travail d’édition, chaque texte étant suivi d’une biographie/bibliographie de l’auteur, d’un bref historique des parutions VO/VF, d’éléments de contexte, ainsi que de

Blackwater 2 - La Digue - Michael McDowell


Sortie du tome 2 du feuilleton Blackwater, intitulé "La Digue".


Cette chronique, et celles qui suivront pour les numéros suivants, seront très succinctes. Le but est de ne pas spoiler pour ceux qui n'achèteraient pas chaque numéro dès sa sortie.

La guerre de tranchées continue entre les générations de la famille Caskey.

De nouveaux-venus, bien moins patriciens que les Caskey, arrivent en ville et s'allient, plus ou moins volontairement, à l'un ou l'autre des camps opposés.

De nouveaux enfants naissent et un nouvel équilibre des prospérités se forme entre les riches familles de la ville.

La digue destinée à protéger la ville des crues, tant redoutée par Elinor dans le tome 1, se matérialise enfin dans la réel à l'issue d'un chantier pharaonique. Elle modifie tant la forme de la ville que sa tranquillité. Elle impose aussi un cruel sacrifice.

Et qu'y a-t-il vraiment dans la très belle maison d'Elinor et d'Oscar ? Il faudra lire pour le savoir - ou au minimum se le demander.


Blackwater t2, La Digue, Michael McDowell

Commentaires