Utopiales 2021, ça approche

Chers amis lecteurs, sachez que les Utopiales 2021 se tiendront à Nantes du 29 octobre au 1er novembre, sur le thème Transformations (what else ?) . Retour apprécié du plus grand festival français d'Imaginaire et de sciences après une édition 2020 annulée pour cause de pandémie - quoi de plus SFFF ? Sachez que cette année, Covid oblige, il faudra montrer un pass sanitaire et être masqué dans les lieux fermés. Sachez que s'y tiendront de très nombreuses tables rondes et conférences , pour lesquelles il faudra néanmoins réserver sa place en suivant ce lien . Sachez que vous pourrez y rencontrer ou simplement y croiser de très nombreux invités, auteurs, scénaristes, graphistes, scientifiques, etc., qu'il y aura une Université éphémère au Lieu Unique (dont on espère qu'elle ne sera pas, de surcroit, invisible ) , que le professeur Zutop tiendra école pour les enfants (avec notamment un cours de salubrité publique sur le fonctionnement des vaccins) , que des films seront pr

Celui qui hantait les ténèbres - Tanabe d'après Lovecraft


Quelques mots (parce que ça commence à faire beaucoup de volumes) sur "Celui qui hantait les ténèbres", cinquième opus de la collection Lovecraft manga par Gou Tanabe.

Ce plus court tome de la série contient deux adaptations de nouvelle au lieu d'une.

Il est aussi, des cinq publiés en France, le plus ancien (2016), le juvenilia lovecraftien de Gou Tanabe.


Dans les pages du recueil on croise d'abord "Dagon". Presque la première publiée par HPL. Courte et dispensable dans sa version originale, elle l'est encore plus dans cette version illustrée qui soustrait plus qu'elle n'ajoute - au moins Lovecraft utilisait quelques adjectifs non euclidiens marrants.

Ensuite, plus longue, "Celui qui hantait les ténèbres". La dernière publiée par lui. Cette très bonne histoire, inquiétante à souhait, est ici très bien adaptée par Tanabe. Même si le dessin manque parfois de clarté sur certains détails fins, les images de la sinistre église de Federal Hill, celles des rues tortueuses qui l'entourent, et même les visions de Robert Blake sont parfaitement rendues.

De plus, le récit, stressant dans la version originale, l'est ici tout autant. On suit l'enquête d'un Robert Blake (parodie de Robert Bloch, pote de Lovecraft à qui ce dernier écrit ici une réponse à son Shambler from the Stars) passionné au-delà du raisonnable par l'étrange édifice qui lui fait face et dont même les oiseaux se détournent. On pénètre avec lui dans un bâtiment maudit qui n'a plus entendu de pas humains depuis 42 ans. On le voit faire la terrible erreur qui causera sa perte. On observe avec sidération les horreurs qu'il voit ensuite en rêve alors que la proximité du Nécronomicon l'affecte et fait de lui une cible. Et on ressent l'effroi du jeune homme et de tout le quartier lorsque le courant se coupe et que l'homme noir peut émerger de sa prison crystalline.


On notera que c'est une peur que les contemporains de Lovecraft ressentirent sûrement plus que nous, eux qui connaissaient les défaillances d'un réseau électrique encore jeune alors qu'ici et maintenant la notion même de coupure de courant est assez anecdotique - dans le récit de Lovecraft, le progrès technique n'est pas assez fiable pour protéger les humains du mal antédiluvien.

On notera aussi que ce récit, résolument lié au mythe, peut aussi se lire, de par sa construction, comme une histoire fantastique classique. On pense ici notamment à Poe.


Celui qui hantait les ténèbres, Gou Tanabe d'après Lovecraft

L'avis de Feyd Rautha

Commentaires

FeydRauthatotep a dit…
Fake news! Dans l'abîme du temps a été publié en juin 1936 et Celui qui hantait les ténèbres en décembre 1396. C'est donc bien ce dernier qui fut le dernier.
Gromovar a dit…
Tu as raison pour la publication. Pas pour l'écriture. C'est ma formulation qui n'est pas claire. Je corrige.
Gromovar a dit…
Même mon commentaire n'est pas clair. C'est corrigé en tout cas.
FeydRautha a dit…
Ah oui, c'est juste.