Once Upon a Time at the End of the World t 2 - Aaron - Tefenkgi

J'avais vraiment - et un peu étonnamment - aimé le tome 1 de Once Upon a Time at the End of the World . Ce tome 2, intitulé The Rise and Fall of Golgonooza , commence comme un mix incestueux entre Portlandia et Disneyland avant de virer à l'horreur peu expliquée si ce n'est par la nécessité de faire avancer le récit. Plus précisément on voit dans cette deuxième partie que l'amour ne dure pas toujours, que la beauté est dans les yeux de celui qui regarde, et blablabla. Pour les lecteurs échaudés qui ont envie de lire sur l'amour triste, je conseille de s'épargner cet album et de se contenter de lire les deux pépites de sagesse ci-dessous, plus rapides et bien plus utiles : "Our love will last forever, until the day it dies" Virgin Prunes Et, "I chose an eternity of this Like falling angels The world disappeared Laughing into the fire Is it always like this? Flesh and blood and the first kiss The first colors, the first kiss We writhed under a red

Le Château des millions d'années en BD - Nolane - Przybylski


Juste un mot rapide pour dire que vient de sortir le premier tome de l'adaptation BD du "Château des millions d'années" de Stéphane Przybylski.

Scénarisé par Richard Nolane et dessiné par Zeljko Vladetic, l'album illustre la première moitié du roman original. Une suite et fin est à venir prochainement.

J'avais dit le grand bien que je pensais du roman. Je maintiens. Ici, adaptation oblige, il y a moins de détails. Le format a ses exigences propres. Mais on retrouve l'essentiel de ce qui faisait le charme du roman : un mélange d'Indiana Jones, de X-Files, et d'histoire du nazisme, porté par un personnage ambigu en train de changer d'allégeance.

Je me demande toujours à l'occasion de l'adaptation d'une œuvre que je connais si elle est assez compréhensible pour les nouveaux-venus, si les indispensables coupes ne l'ont pas trop obscurcie. Phooka semble dire que non. Tant mieux alors. Et comme elle, le dessin n'a provoqué aucun enthousiasme délirant chez moi, bien trop old school à mon goût et pas toujours précis dans les visages.

Voici donc un album qui, au global, fait plaisir par ce qu'il raconte. A offrir ou à s'offrir (pour le placer à côté du roman éventuellement).

Le Château des millions d'années, Nolane, Vladetic, Przybylski

Commentaires

Phooka a dit…
Nos avis se rejoignent à ce que je lis. J'aime bien le découpage et le récit (et oui ça reste très compréhensible en BD). Je ne suis pas fan du dessin (en particulier les visages), même si je m'y suis habituée au fil des pages.