Bangkok Déluge - Pitchaya Sudbanthad

« Krungthep mahanakhon amon rattanakosin mahintara ayuthaya mahadilok phop noppharat ratchathani burirom udomratchaniwet mahasathan amon piman awatan sathit sakkathattiya witsanukam prasit » : ville d'Asie, capitale de la Thaïlande. Aussi connue sous le nom de Bangkok . C'est dans la ville tentaculaire de ses origines que nous transporte Pitchaya Sudbanthad pour son premier roman, " Bangkok Déluge ". De la fin du XIX siècle au futur proche, Sudbanthad donne à voir, à entendre, à sentir, une ville monstre aussi fascinante qu'on cobra cracheur. Autour d'un site qui persiste d'un moment de la ville à l'autre, d'une maison qui fut mission chrétienne avant d'être une belle demeure et devint ensuite l'annexe d'un immeuble de grande hauteur, l'auteur déroule l'écheveau des vies qui en sont proches, au cœur d'une ville qui est le personnage principal du roman. Une ville que je n'avais pas lue aussi bien décrite depuis La fille a

EXTINCTION REVEILLON



ENCORE HONTEUX DES EXCES FESTIFS DE L'AN DERNIER, GROMOVAR ET SA FAMILLE ONT DECIDE DE PASSER UN REVEILLON SIMPLE A CHANTER DU GOSPEL.

UN RETOUR BIENVENU A L'ESPRIT DE NOEL

Commentaires

John Warsen a dit…
Merci pour le jeu de mots, mais j'attendais un peu le disque qui va avec, comme dans Gromovar Gadget, le fils illégitime de Pif Gadget et d'Internet... Du gospel morbide voire funéraire, ça doit pouvoir se trouver ailleurs que sur mon blog, moi qui passe mon temps à exhumer des dépouilles discographiques.
Sur ta pochette, le père de famille oscille entre Claude Villers période âge d'or et John Goodman jeune.
Et devrait envisager de réduire sa dose de calories journalières, oui, bien qu'on devine une famille en pleine santé de l'ère pré-démocrates, à une époque où ces questions ne se posaient pas.
Moi qui préparais pour le réveillon du 31 une recette transmise par Lovecraft de poulpe à la provençale, je crois que tu viens de me donner une idée d'article supplémentaire.
Je ne te remercie pas.
Gromovar a dit…
Hélas pas de gospel adapté à une telle situation de sous-consommation repentante.

Ceci dit, une belle famille comme celle-ci goûterait sûrement une daube de poupe à la provençale, à condition que celui qui rêve et attend n'en prenne pas ombrage.

Bonnes fêtes et bon article.
John Warsen a dit…
J'ai un collègue spécialisé dans les gospels sépulcraux, mais je vais rarement le visiter, il faut être en forme.
http://novaexpressmusique.blogspot.com/2019/12/harshbox-de-noel-vomit-arsonist-that_19.html
Ma daube de poulpe mijote en brouillon, mais je suis pris dans un maëlstrom d'absurdités qu'il me faut absolument raconter avant le 31, sinon finie la garantie. Je te tiendrai au courant.
Alias a dit…
En chants de Noël, je suggère le spectaculaire "Valhalleluja", de Nanowar of Steel:

https://www.youtube.com/watch?v=S9WWz95ripA

Ou, en sépulchral-bizarre, "Devil Is Fine" de Zeal & Ardor:

https://www.youtube.com/watch?v=jlGBer0VoF8

Et bonnes fêtes à tous!
Gromovar a dit…
Merci pour les conseils.