La Muraille de Chine - Franz Kafka

Ressortie du recueil La Muraille de Chine de Franz Kafka aux Forges de Vulcain. Traduit par Stéphane Rilling qui postface et nanti d’une intéressant préface d’Éric Pessan, le recueil est articulé autour de La Construction de la muraille de Chine , une nouvelle de longueur moyenne, et de textes beaucoup plus courts, tous écrits entre 1917 et 1922 alors que l’empire austro-hongrois s’effondrait, que l’antisémitisme montait, parallèlement au sionisme, et que l’intérêt pour le Chine, immense et en partie incompréhensible, était fort. Passé Le chasseur Gracchus , un premier texte dont l’intérêt narratif m’a largement échappé, Kafka construit ici par fragments (certaines nouvelles ne font que deux ou trois pages) la vision d’un monde qui échappe largement à la compréhension humaine et dans lequel l’absurde (on le dit toujours) mais aussi l’arbitraire (on le dit parfois moins) est la norme. Le monde de Kafka est immense, comme la Chine. Immense au point que l’homme normal n’en voit jamais

Never complain, Never explain

Ou pas.


Ami lecteur. "Never complain, never explain", c'est la règle depuis toujours ici. Mais aujourd'hui, je dois y faire une entorse, car ce blog ressemble de plus en plus au pauvre Mr Valdemar, tragique personnage alité d'Edgar Poe qui était déjà mort mais ne le savait pas encore.

De fait, si tu es un habitué des lieux, lecteur, tu auras sûrement remarqué le petit nombre de chroniques des deux derniers mois, à fortiori de chroniques originales.
Et tu penses peut-être que je n'ai plus envie de te conseiller de bonnes lectures.

- Erreur -

Le faible nombre de chroniques résulte d'un déplaisant Effet Papillon.

Lancinantes douleurs cervicales - > longs moments récurrents de position allongée à plat
Longs moments récurrents de position allongée à plat - > faible temps de lecture
Faible temps de lecture + longs moments récurrents de position allongée à plat - > très faible temps de chronique

Rythme lent donc, et qui risque de le rester un moment (je commence à désespérer d'une solution rapide). Je fais mon possible, mais présentement je peux peu.

Commentaires

Anudar a dit…
Eh bien : bon rétablissement... et bon courage d’ici là !
Apophis a dit…
Aïe... Je te souhaite bon courage et un prompt rétablissement !
Baroona a dit…
Damn. Bon courage à toi !
Thomas Day a dit…
C'est pas marrant, mais il te reste les audiobooks dans ton malheur... certains sont très bien faits, me suis-je laissé dire.
Allez soigne-toi bien...
Mariejuliet a dit…
Prends soin de toi, c'est le plus important.
Gromovar a dit…
Merci à tous. C'est sympa.

Je me ferais bien Cœur avec les doigts si je pensais que ça pouvait servir.
Tororo a dit…
Bon repos, bon rétablissement et en attendant, beaucoup de patience (ne pas pouvoir publier de chronique, je suis sûr qu'on y survit, mais ne pas pouvoir lire du tout, ça doit être dur).
Gromovar a dit…
Merci.

Je fais un peu mais bien moins que ce que j'aimerais. Je vais profiter des quelques jours de vacances pour avancer sur les deux axes.