Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Never complain, Never explain

Ou pas.


Ami lecteur. "Never complain, never explain", c'est la règle depuis toujours ici. Mais aujourd'hui, je dois y faire une entorse, car ce blog ressemble de plus en plus au pauvre Mr Valdemar, tragique personnage alité d'Edgar Poe qui était déjà mort mais ne le savait pas encore.

De fait, si tu es un habitué des lieux, lecteur, tu auras sûrement remarqué le petit nombre de chroniques des deux derniers mois, à fortiori de chroniques originales.
Et tu penses peut-être que je n'ai plus envie de te conseiller de bonnes lectures.

- Erreur -

Le faible nombre de chroniques résulte d'un déplaisant Effet Papillon.

Lancinantes douleurs cervicales - > longs moments récurrents de position allongée à plat
Longs moments récurrents de position allongée à plat - > faible temps de lecture
Faible temps de lecture + longs moments récurrents de position allongée à plat - > très faible temps de chronique

Rythme lent donc, et qui risque de le rester un moment (je commence à désespérer d'une solution rapide). Je fais mon possible, mais présentement je peux peu.

Commentaires

Anudar a dit…
Eh bien : bon rétablissement... et bon courage d’ici là !
Apophis a dit…
Aïe... Je te souhaite bon courage et un prompt rétablissement !
Baroona a dit…
Damn. Bon courage à toi !
Thomas Day a dit…
C'est pas marrant, mais il te reste les audiobooks dans ton malheur... certains sont très bien faits, me suis-je laissé dire.
Allez soigne-toi bien...
Mariejuliet a dit…
Prends soin de toi, c'est le plus important.
Gromovar a dit…
Merci à tous. C'est sympa.

Je me ferais bien Cœur avec les doigts si je pensais que ça pouvait servir.
Tororo a dit…
Bon repos, bon rétablissement et en attendant, beaucoup de patience (ne pas pouvoir publier de chronique, je suis sûr qu'on y survit, mais ne pas pouvoir lire du tout, ça doit être dur).
Gromovar a dit…
Merci.

Je fais un peu mais bien moins que ce que j'aimerais. Je vais profiter des quelques jours de vacances pour avancer sur les deux axes.