L'héritage de Molly Southbourne - Tade Thompson

L'héritage de Molly Southbourne est le troisième et dernier volume de la saga Molly Southbourne , commencée en fanfare par l'impressionnant Les Meurtres de Molly Southbourne et publiée en UHL dans une traduction de Jean-Daniel Brèque. Les plus vieux, dont je suis de plus en plus fréquemment, se souviennent d'un jeu sur Apple II qui s'appelait Where in the World is Carmen Sandiego ? Ici, la question que se posent une bonne partie des protagonistes du récit est Where in the World is Molly Southbourne ? Car l'abomination triste que constitue la (double) sororité des mollys puis des tamaras n'a jamais vraiment quitté les pensées ni l'attention des « monstres froids » dont parlait Nietzsche – ou tout au moins de leurs soldats jamais décommissionnés. Mollys et tamaras doivent demeurer cachées et prudentes pour espérer survivre dans un monde qui ne peut les recevoir sans arrière-pensée, voire pas les recevoir du tout. Pour autant, L'héritage de Molly South

East of West 1 - La promesse : Non tenue

Tome 1 de la série East of West, intitulé "La promesse".

Au secours ! Depuis quelques jours,  j'ai pas la gagne :(

Une uchronie dans laquelle la Guerre de Sécession a pris quand quand une météorite s'est opportunément écrasée sur Terre. Pas d'USA mais Sept Nations d'Amérique, bordées d'on ne sait pas trop quoi (des Badlands ou un truc du genre, n'oublions que dans Badlands, ya Bad, c'est bien pour les gars qu'ont bien de la testostérone). Sept Elus qui doivent hâter l'Apocalypse (je mets des majuscules partout, ça montre bien que c'est très important) avec l'aide d'une Mort dont on ne sait pas trop ce qu'il/elle veut (mais il a un bébé, à sauver sûrement, comme Balavoine, mon Dieu que c'est beau) et de trois autres Cavaliers réincarnés en enfants (tant qu'à faire) qui ont perdu leur frère, égaré par l'amour. C'est beau à mourir.

Une histoire, qui croit que des circonvolutions sont un signe de qualité, racontée dans ce style inimitable sentencieux et grandiloquent qui caractérise les backgrounds bodybuildés et absurdes des jeux de rôle par ordinateur.

Des dessins pas fameux, style manga sans en être, foireux.

Passe ton chemin, étranger !

East of West t1, La promesse, Hickman, Dragotta, Martin

Commentaires

Alexandre a dit…
Aïe !! J'ai connu l'auteur de ce site plus inspiré dans ses critiques... C'est court et non-argumenté. D'autant que ce 1er tome est, certes, plus faible que les suivants mais n'est pas non plus une purge... En plus, je ne suis pas d'accord, les dessins de Dragotta sont très bons (scènes dynamiques, décors impressionnants).
Gromovar a dit…
Je plaide coupable. C'est en effet court et non argumenté. Au rythme où je lis et poste, parfois, je n'ai pas le courage d'argumenter sur les ouvrages que je n'ai vraiment pas aimé. C'est le cas ici.

Crois au moins que je ne fais pas d'effet de manche pour le plaisir d'en faire et que, s'il est vrai que j'ai très peu développé, j'assume chacun des mots que j'ai écrits dans la chro. J'aurais pu - du ? - faire plus long, certes, mais la tonalité aurait été exactement la même.

J'espère que tu continueras quand même de visiter ces lieux.
Alexandre a dit…
Pas de souci... tu nous as juste habitués à mieux... bonne continuation