Roger Zelazny - Le temps d'un souffle, je m'attarde

Ressortie aujourd'hui dans la toujours pertinente collection Dyschroniques du "Destination fin du monde" de Robert Silverberg qui n'était plus disponible en français depuis longtemps. Rappelons que la maison d’édition indépendante Le passager clandestin est une toute petite maison radicale, engagée et militante contre une certaine forme insatisfaisante du monde. Au milieu des non fictions, on y trouve la collection Dyschroniques qui remet à l’honneur des textes anciens de grands noms de la SF.  Nouvelles ou novellas posant en leur temps les questions environnementales, politiques, sociales, ou économiques, ces textes livrent la perception du monde qu’avaient ces auteurs d’un temps aujourd’hui révolu. On notera que chaque ouvrage à fait l’objet d’un joli travail d’édition, chaque texte étant suivi d’une biographie/bibliographie de l’auteur, d’un bref historique des parutions VO/VF, d’éléments de contexte, ainsi que de

Les vaisseaux d'Omale, Laurent Genefort



En dépit de quelques défauts, "Les vaisseaux d'Omale" offre une occasion bienvenue de retourner arpenter les terres d'Omale, ou de les découvrir pour ceux qui ne connaitraient pas encore cette Sphère de Dyson et ses habitants.

Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 75, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…).

Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout :

Omale…
Un monde sphérique creux, aux dimensions d’un système stellaire. L’Humanité, importée seize siècles plus tôt par les mystérieux Vangk, y partage son espace vital avec deux autres espèces intelligentes : les Chiles et les Hodgqins.
Depuis plusieurs décennies, la paix règne sur l’Aire tripartite. C’est le moment que choisissent les Æzirs, une espèce vivant dans l’espace intérieur d’Omale, pour proposer aux peuples de la surface un long et périlleux voyage spatial, au terme duquel les secrets des lunes captives seront révélés.
Seuls les Hodgqins semblent en mesure d’entreprendre une telle aventure. Mais Ipis, une Humaine, tient absolument à être de la partie. À la tête d’un groupe de scientifiques, elle va traverser le territoire hodgqin et prouver que, face à un enjeu cosmique, l’Humanité ne saurait être mise à l’écart.


Voila. Rien de plus. Sinon voici ce qui m'attend :


Commentaires

Anudar a dit…
Tel que je me connais, je suis bon pour voyager sur Omale cet Eté moi !
Gromovar a dit…
Bon voyage :)
Tigger Lilly a dit…
Faut d'abord je lise le tome 2, grrrr.
Gromovar a dit…
Grrrrr aussi.