La Muraille de Chine - Franz Kafka

Ressortie du recueil La Muraille de Chine de Franz Kafka aux Forges de Vulcain. Traduit par Stéphane Rilling qui postface et nanti d’une intéressant préface d’Éric Pessan, le recueil est articulé autour de La Construction de la muraille de Chine , une nouvelle de longueur moyenne, et de textes beaucoup plus courts, tous écrits entre 1917 et 1922 alors que l’empire austro-hongrois s’effondrait, que l’antisémitisme montait, parallèlement au sionisme, et que l’intérêt pour le Chine, immense et en partie incompréhensible, était fort. Passé Le chasseur Gracchus , un premier texte dont l’intérêt narratif m’a largement échappé, Kafka construit ici par fragments (certaines nouvelles ne font que deux ou trois pages) la vision d’un monde qui échappe largement à la compréhension humaine et dans lequel l’absurde (on le dit toujours) mais aussi l’arbitraire (on le dit parfois moins) est la norme. Le monde de Kafka est immense, comme la Chine. Immense au point que l’homme normal n’en voit jamais

Fog et pucerons

La collection e-baskerville, dirigée par Jean-Daniel Brèque, édite ou réédite, sous forme numérique, des romans ou nouvelles de « L’Age d’or des conteurs », entre 1880 et 1914. On y trouve des récits fantastiques ou policiers, simples dans leur narration et riches tant en figures marquantes qu’en rebondissements. La patte est caractéristique de l’aventure telle qu’on la concevait à l’époque victorienne. Ca se lit vite, avec plaisir, et facilement.


"La fin de Londres" raconte, dans une texte bref à la lecture très rapide, quelle apocalypse toucha Londres, tuant toute sa population. On y voit les effets, déjà, de la dégradation de l'environnement, et comment la vie ne tient parfois qu'à un heureux hasard.


"L’exterminateur", bref également et doté d'une couverture exquise, confronte un "savant fou" haineux à un médecin de campagne intègre et courageux. Où l'on voit que l'humanité toute entière n'a dû sa survie qu'à la perspicacité et à l'abnégation d'un brave homme.
Si on aime les mécahnts insectes, on pourra approfondir en lisant le très délirant comic The Exterminators.

Deux lecture idéales pour liseuses, téléphones et transports en commun.

La fin de Londres et L'exterminateur, Robert Barr

Commentaires

Anonyme a dit…
Petite précision: "L'Exterminateur" se trouve en exclusivité tout le mois d'avril sur le site des Moutons électriques. Il sera également en vente à partir du 1er mai sur les plates-formes amazon.fr, fnac.com et kobobooks.fr, où l'on trouve déjà "La Fin de Londres".
Jean-Daniel Brèque
Gromovar a dit…
Dont acte :)