Roger Zelazny - Le temps d'un souffle, je m'attarde

Ressortie aujourd'hui dans la toujours pertinente collection Dyschroniques du "Destination fin du monde" de Robert Silverberg qui n'était plus disponible en français depuis longtemps. Rappelons que la maison d’édition indépendante Le passager clandestin est une toute petite maison radicale, engagée et militante contre une certaine forme insatisfaisante du monde. Au milieu des non fictions, on y trouve la collection Dyschroniques qui remet à l’honneur des textes anciens de grands noms de la SF.  Nouvelles ou novellas posant en leur temps les questions environnementales, politiques, sociales, ou économiques, ces textes livrent la perception du monde qu’avaient ces auteurs d’un temps aujourd’hui révolu. On notera que chaque ouvrage à fait l’objet d’un joli travail d’édition, chaque texte étant suivi d’une biographie/bibliographie de l’auteur, d’un bref historique des parutions VO/VF, d’éléments de contexte, ainsi que de

Heurts et malheurs du couple


J'avais dit tout le bien que je pensais du dernier recueil de nouvelles du maitre de l'horreur US dans cette chronique. Je persiste, signe, et conseille vivement la version française à ceux qui n'aiment pas lire l'anglais. C'est du très bon.
Nuit noire, étoiles mortes, Stephen King

Commentaires

Tigger Lilly a dit…
Tu as lu "Tout est fatal" ? C'est le dernier recueil de nouvelles de King que j'ai lu et j'en garde un très très bon souvenir. Est ce que le monsieur n'aurait pas tendance à bonifier avec le temps quand il s'agit des nouvelles, au contraire de ses romans ?
Gromovar a dit…
Pas lu, mais je vais y jeter un oeil.
Xapur a dit…
J'ai un peu le même avis, King n'est jamais aussi bon que quand il fait court - enfin, j'ai arrêté de le lire depuis un moment à cause de sa tendance à pondre des pavés !
Gromovar a dit…
Pareil. Le dernier roman que j'ai lu c'est Cellular, intégralement en diagonale, c'était bien comme ça.