le nain de Whitechapel - Cyril Anton

Londres, fin du XIXe siècle. Plus ou moins. Oscar est le fils cadet d’une famille de la bourgeoisie anglaise. Excellent pianiste, il a un aîné moins brillant que lui mais que ses parents préfèrent. Lui est le souffre-douleur. Il faut dire qu’Oscar est nain, objet de honte et d’opprobre dans un monde où la difformité est perçue comme le signe objectif d’une défaillance morale. Après des années de brimades et d’humiliations, Oscar est foutu à la porte, littéralement jeté aux chiens. Il est alors recueilli par Freddy, un noir veuf et pianiste qui l’emmène chez lui à Whitechapel et l’initie au jazz et à la blue note. Mais voilà qu’en ces temps un gang nommé Tabula Rasa assassine d’horribles manières ceux qu’il considère comme des indésirables, pauvres, handicapés, marginaux… Oscar, qui change alors d’identité, se lance dans la traque des membres du gang. Il initie aussi la construction d’une boule de neige géante destinée à protéger le quartier et ses habitants des agressions extérieures.

Suites et (presque) fins


Deux petits mots pour signaler la sortie du tome 3 des Sentinelles, dont j'avais chroniqué le début. Histoire, steampunk (donc sans doute uchronie), la Grande Guerre se poursuit par l'horreur des gaz, inaugurés à Ypres (d'où le nom d'ypérite qui lui sera donné). Les casques à pointe testent leur propre super-soldat, avec moins de réussite que les français. Foutredieu !
C'est toujours joliment dessiné. Ca mixe toujours aussi bien contexte historique et anticipation, dans un délire que n'auraient pas reniés Verne ou Wells. Ca signe toujours l'acte de décès du mythe du progrès qui caractérisait le XIXème siècle ; progrès scientifique et progrès humain ne coïncident pas, bien au contraire.


Suite et fin du premier cycle (espérons qu'il y en aura d'autres, peut-être à Londres) de la série Aspic. On y apprend l'étrange secret d'Hugo Beyle. Les enquêtes interrompues à la fin de premier tome sont menées à leur conclusion de manière fort convaincante. Les décors sont toujours aussi beaux, et le scénario aussi fouillé. Du bien beau travail qui plonge le lecteur dans l'univers des feuilletonistes. A lire (en plus, Efelle, la série est close pour l'instant).

Les sentinelles, t3 Ypres, Dorison, Breccia
Aspic, t2 L'or du vice, Gloris, Lamontagne

Commentaires

Efelle a dit…
Faut que je me renseigne mais ton histoire de vampire chroniquée précédemment me botte plus.
Guillaume44 a dit…
Sentinelles : je l'ai lu dernièrement, j'étais pas trop motivé pour le chroniqué, trouvé ça sympa, rempli de clins d'œil technologiques, mais sans plus m'éclater.
Gromovar a dit…
Sur tout ce qui concerne la guerre de 14 J'ai du mal à être parfaitement objectif ;-)