Bangkok Déluge - Pitchaya Sudbanthad

« Krungthep mahanakhon amon rattanakosin mahintara ayuthaya mahadilok phop noppharat ratchathani burirom udomratchaniwet mahasathan amon piman awatan sathit sakkathattiya witsanukam prasit » : ville d'Asie, capitale de la Thaïlande. Aussi connue sous le nom de Bangkok . C'est dans la ville tentaculaire de ses origines que nous transporte Pitchaya Sudbanthad pour son premier roman, " Bangkok Déluge ". De la fin du XIX siècle au futur proche, Sudbanthad donne à voir, à entendre, à sentir, une ville monstre aussi fascinante qu'on cobra cracheur. Autour d'un site qui persiste d'un moment de la ville à l'autre, d'une maison qui fut mission chrétienne avant d'être une belle demeure et devint ensuite l'annexe d'un immeuble de grande hauteur, l'auteur déroule l'écheveau des vies qui en sont proches, au cœur d'une ville qui est le personnage principal du roman. Une ville que je n'avais pas lue aussi bien décrite depuis La fille a

Tigre de papier


Une fois n'est pas coutume, chronique d'un petit livre de "L'école des loisirs". "Mao et moi", joliment illustré, raconte la Révolution culturelle vue par les yeux d'un enfant qui l'a vécue. Arrestations, embrigadement, propagande, Chen Jiang Hong a tout vécu, et le restitue dans un petit ouvrage vite lu mais difficile à oublier ; la marque de la qualité. Destiné à priori aux jeunes mais lisible avec grand plaisir par un adulte, "Mao et moi" rappellera à tous que la Révolution culturelle, menée par les Gardes Rouges, n'a pas consisté à faire tourner en rond des produits culturels. Les ex-mao feraient bien d'y jeter un coup d'oeil, s'ils n'ont pas vu le fascinant "Vivre" de Zhang Yimou.
Chen Jiang Hong, Mao et moi

Commentaires

LolaEtc a dit…
Pour l'avoir lu, "petit ouvrage vite lu mais difficile à oublier", je plussoie :p
Illustrations marquantes aussi. Prix un peu hard tout de même ^^ La rançon de la qualité ?
Gromovar a dit…
Pour le prix, certes. Le rapport prix/temps de lecture n'est pas exceptionnel.