Dissipatio H.G. - Guido Morselli

« Il suffit d'un peu de courage.  Plus la douleur est déterminée et précise, plus l'instinct de la vie se débat, et l'idée de suicide tombe.  Quand j'y pensais, cela semblait facile. Et pourtant de pauvres petites femmes l'ont fait. Il faut de l'humilité, non de l'orgueil.  Tout cela me dégoute.  Pas de paroles. Un geste. Je n'écrirai plus. » Ces phrases, les dernières du Métier de vivre de Pavese, sont écrites neuf jours avant son suicide. Cette « idée de suicide », ce désir de mort, le narrateur anonyme de " Dissipation H.G. " les partage. Mais lui recule, n'utilise pas sa « fiancée à l’œil noir », et lorsqu'il sort de la grotte où il pensait mettre fin à ses jours, il réalise qu'il est maintenant seul sur Terre. Que toute l'humanité a disparu. Que ne reste plus que lui dans un monde vide d'hommes. " Dissipatio H.G. " est le journal de son expérience, vécue entre un village de montagne et la ville proche de Zuri

Cedric Ferrand online and free


Djeunz’
Tu veux partagé de l’exotisme, du cynisme, de l’aventure, du fantastique (comme Jessica Alba). Gratui. Nik Hadopi.
Alor toi zossi viens piraté, oups ! non, téléchargé gratuitement les nouvelles de Cédric Ferrand sur le beau site Feedbooks.
Tu pourra les imprimé à ton collège avec le papier du CDI et les découpé chez toi pour fère tes exposés sur le bagne, le cycle de l’o, et le viéllissemant de la population.
Vien. Amène tes zamis, mé le sur ton mur fb, textote le a ta classe. Les filles t’aimeron autant que Justin Bieber et tu pourra kisser Lady Gaga.

Commentaires

Gromovar a dit…
Non Cédric toi tu lé za déja. Si tu les télécharge ça nike pas Hadopi.
arutha a dit…
Ta prose n'est pas crédible : il n'y a pas assez de fautes.
Gromovar a dit…
Tu as raison.
Le mieux que j'ai vu c'est vis et vers ça, et ils étaient toussent différents.
Hélène Louise a dit…
Très jolie présentation du maître des lieux, hélas pas tout à fait crédible, l'incultisme étant un art inimitable... (et un mot absent du dictionnaire de google, mais la pauvre fait ce qu'il peut).
Mais c'est *trop chou* quand même, bravo ! :)

La nouvelle a une excellente teinte de mauvaise grâce/ foi et de bonne volonté typique de l'ado rebelle dans le verbe, mais serviable dans les faits, c'est très réussi !
Je ne suis pas tout à fait convaincue de l'appétit quasi zombiesque de petits vieux anosmiques et agueusiques, mais je l'accorde au nom de l'Art (quoi ? oui bon j'ai triché, internet c'est fait aussi pour ça, hein).
Et je tiens à signaler, en tant que mère d'adolescents, que leur faire honte est un privilège voluptueux, une juste compensation et même un devoir sacré... ^-^