Reus 2066 - Pablo Martin Sanchez

Jeudi 24 juin 2066. Un peu plus de trois mois avant la fin du moratoire d’évacuation de la péninsule espagnole selon les termes du pacte de la Honte. Trois mois avant que l’Espagne tout entière devienne l’une des bases militaires des forces alliées dans la Troisième Guerre Mondiale. Dans cette perspective, les Espagnols doivent évacuer vers d’autres pays où ils seront, tant bien que mal, accueillis. La plupart l’ont déjà fait. Quelques acharnés résistent, ne veulent pas quitter leur terre. Pablo, 89 ans, est l’un de ces acharnés. Avec onze autres récalcitrants comme lui, il occupe le Pere Mata, un asile psychiatrique reconverti en centre gériatrique dans les environs de la ville de Reus, en Catalogne. Ancien écrivain qui n’a plus écrit une ligne depuis longtemps, Pablo se remet en ce 24 juin à tenir un journal. C’est ce journal que tu liras, lecteur, si tu parcours les pages de Reus, 2066 , dernier roman traduit en français de Pablo Martin Sanchez et troisième volume de la biographie f

Cedric Ferrand online and free


Djeunz’
Tu veux partagé de l’exotisme, du cynisme, de l’aventure, du fantastique (comme Jessica Alba). Gratui. Nik Hadopi.
Alor toi zossi viens piraté, oups ! non, téléchargé gratuitement les nouvelles de Cédric Ferrand sur le beau site Feedbooks.
Tu pourra les imprimé à ton collège avec le papier du CDI et les découpé chez toi pour fère tes exposés sur le bagne, le cycle de l’o, et le viéllissemant de la population.
Vien. Amène tes zamis, mé le sur ton mur fb, textote le a ta classe. Les filles t’aimeron autant que Justin Bieber et tu pourra kisser Lady Gaga.

Commentaires

Gromovar a dit…
Non Cédric toi tu lé za déja. Si tu les télécharge ça nike pas Hadopi.
arutha a dit…
Ta prose n'est pas crédible : il n'y a pas assez de fautes.
Gromovar a dit…
Tu as raison.
Le mieux que j'ai vu c'est vis et vers ça, et ils étaient toussent différents.
Hélène Louise a dit…
Très jolie présentation du maître des lieux, hélas pas tout à fait crédible, l'incultisme étant un art inimitable... (et un mot absent du dictionnaire de google, mais la pauvre fait ce qu'il peut).
Mais c'est *trop chou* quand même, bravo ! :)

La nouvelle a une excellente teinte de mauvaise grâce/ foi et de bonne volonté typique de l'ado rebelle dans le verbe, mais serviable dans les faits, c'est très réussi !
Je ne suis pas tout à fait convaincue de l'appétit quasi zombiesque de petits vieux anosmiques et agueusiques, mais je l'accorde au nom de l'Art (quoi ? oui bon j'ai triché, internet c'est fait aussi pour ça, hein).
Et je tiens à signaler, en tant que mère d'adolescents, que leur faire honte est un privilège voluptueux, une juste compensation et même un devoir sacré... ^-^