Conan L'heure du dragon - Blondel - Sécher

" L'heure du dragon " est le seul roman de Conan écrit par Howard. Il a été adapté dans les années 70 par la fine équipe Roy Thomas - Gil Kane. Il l'est une nouvelle fois ici par le duo Julien Blondel (scénariste de Elric, décidément! il aime les personnages myhthiques)  - Valentin Sécher (dessinateur de Méta Baron) . On peut rêver pires adaptateurs. Conan est roi d'Aquilonie. Plus pour longtemps quand le roman commence. Car trois nobles ambitieux ont tiré le très maléfique empereur Xaltotun de Python d'un sommeil de 3000 ans en usant pour ce faire du légendaire Cœur d'Ahriman. En échange ils lui demandent de les aider à usurper les trônes de Némédie et d'Aquilonie. Pour cela Conan doit mourir. Mais si, sur le champ de bataille, Xaltotun tient parole et offre aux félons une victoire écrasante sur l'armée aquilonienne, il a, en revanche, d'autre projets pour un Conan qu'il préfère emprisonner secrètement. De fait il a plus globalement d'

Evitez de manger, trop gras, trop sucré, trop salé


"Corpus delicti" est un roman qui avait tout pour me plaire et dont je sors déçu. Dommage.
Ecrit par Juli Zeh, une jeune auteure (j’ai une sainte horreur des mots féminisés) allemande, "Corpus delicti" est récemment sorti chez Actes Sud. Dans cet ouvrage, Zeh s’attaque à l’hygiénisme contemporain et en fait l’idéologie politique dominante d’une dystopie proche de nous. Face à l'injonction de santé, une femme résiste, un peu par accident. Le système la broiera.
Thème politique, société totalitaire, critique de l’hygiénisme (que je considère comme l'alliance incestueuse entre la forme la plus abjecte de l’idéologie contemporaine de la précaution et l'amour immodéré de soi), "Corpus delicti" aurait, a priori, du me ravir. Il n'en est malheureusement rien.
Pourtant, le début s'annonce sous de très bons auspices. Le texte de Zeh amène rapidement de nombreuses références, pertinentes et plutôt intelligemment illustrées : Adam Smith et la théorie de la somme des biens individuels conduisant au bien collectif ; des immeubles communautaires où le contrôle social est permanent (on pense aux chefs d'immeubles des totalitarismes du XXème siècle) ; un système politique, contrôlant même l'intérieur du corps, que n'aurait pas renié l'Hannah Arendt des critères du totalitarisme, mais un totalitarisme soft qui rappelle celui prophétisé par Tocqueville, dans lequel un Etat omnipotent "immense et tutélaire" joue le père dévoyé en empêchant ses "enfants" de grandir ; la récupération des "martyrs" par les groupes terroristes ; le rôle des terroristes comme facteurs de cohésion sociale, rappelant le Goldstein de 1984 par exemple ; le cynisme de ceux qui contrôlent la propagande et qui peuvent se permettre d'expliquer à leurs victimes comment le procès stalinien se déroulera et quel rôle ils devront involontairement y jouer. Défendant son frère mort face à la société, jusqu'à la sienne propre, Mia, l'héroïne du livre, est une Antigone dystopique. Et tout ceci m'agréait. Il y a même des traces d'humour : on se salue en disant "santé" (mais pas au sens de "prost"), on boit des tasses d'eau chaude car le café est nocif. Alors, quel fut donc le problème ? C'est que, rapidement, la forme m'est devenue insupportable. "Corpus delicti" est moins un roman qu'une pièce de théâtre déguisée. 7 personnages, dont un mort et un imaginaire, 4 lieux, 3 voisines servant de choeur antique et 3 policiers comme les gardes de Créon. Aucune transition, aucun extérieur. Chaque chapitre est un acte situé dans un lieu fini et mettant en scène un ou plusieurs des personnages. Je n'ai rien contre le théatre mais j'espérais ici lire un roman. De plus, les personnages (esquissés à la truelle) ne sont pas attachants, ni même vraiment incarnés (paradoxalement l'un des plus vrais est la fille imaginaire avec laquelle converse Mia). On n'éprouve rien pour eux, ni peur, ni joie, ni peine. Enfin, les dialogues et les situations sont rapides, hachés, parfois grandiloquents voire proche du ridicule. Ils semblent être déclamés à la vitesse de l'éclair, comme si Zeh avait hérité de ce qui n'est pas le meilleur dans le style de Dostoïevsky.
Juli Zeh, auteure (beurk !) de blanche, s'essaie à la dystopie avec beaucoup de bonnes idées mais une faible maitrise du genre. "Corpus delicti" est une preuve par l'absurde que la SFFF est un style à part entière, aussi difficile à maitriser que tous les autres.
Corpus delicti, Julie Zeh

Commentaires

Cedric Jeanneret a dit…
navré qu'il n'aie pas été à ton gout.
BiblioMan(u) a dit…
Je voulais le lire mais ce que tu relates me reforidit un peu. Sans tomber dans le mélo, en général j'aime que les personnages me touchent aussi par leurs propres émotions. J'aime bien les sentir vivants, quoi !
Gromovar a dit…
@Cédric : Tu n'y es pour rien :-) C'est Juli Zeh qui sera châtiée.

@BiblioManu : Qu'ajouter à ce que j'ai déjà écrit. Ce n'est pas un mauvais livre sur le plan du fond, mais je n'ai vraiment pas apprécié la forme. C'est une vraie pièce de théâtre (tout les chiffres que j'ai cité sont les bons)