Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Goût de cendre


Une fois par an je me fends d'un livre de littérature blanche, ça me permet de discuter dans les dîners sans passer pour le fou de service. Comme je suis néanmoins le fou de service je cherche le roman le plus glauque qu'on puisse trouver afin d'avoir au moins un fantastique de situation. Cette année "La maison ne fait plus crédit" est le mieux que j'ai trouvé.
Jean-Yves Cendrey livre ici une autobiographie au napalm. Il raconte son enfance et son adolescence en creux. En effet il n'est pas le narrateur, c'est l'amant de sa mère qui en tient le rôle. Cette astuce narrative permet de raconter les pires horreurs sans donner l'air d'être impliqué. Si on ne sait pas que le texte est autobiographique, on pense que c'est un pur produit d'imagination. Mais ça ne l'est pas.
Ce qu'il raconte est une double veulerie. Le narrateur (l'amant), dont nous connaissons les pensées les plus intimes, est un être d'une bassesse inimaginable, un petit chef macho et raciste. La famille dans laquelle il s'introduit, en même temps que dans la mère, est dramatiquement populo-petite-bourgeoise. Le décor de vie est laid, les gens qui l'habitent ne sont pas beaux, les goûts et les loisirs sont à l'avenant. Egoïste et radine la mère ne cesse de rêver d'une improbable fuite avec son amant, qui ne se produira jamais. Les rêves sont petits et même pas réalisés. La mort des autres est traitée avec la pointe de regret qu'on ressent quand elle n'arrive pas assez vite. Des rancoeurs financières recuites se perpétuent sur 30 ans. Les deux fils de la famille deviendront l'un méchant, l'autre brisé.
Les dialogues, souvent vides de sens, bruits blancs qui permettent d'éviter l'insupportable silence, évoquent Tronchet, l'humour en moins.
La longue vie d'attente que vivent les deux protagonistes principaux fait penser au film "Les vestiges du jour", la noblesse d'âme en moins.
Le style est célinien (d'autres que moi l'ont déjà dit donc je ne m'étends pas).
"La maison ne fait plus crédit" est une "Chute de la maison Usher" qui n'en finirait jamais de choir pour finalement s'écraser au sol comme une merde.
La maison ne fait plus crédit, Jean-Yves Cendrey

Commentaires

Anonyme a dit…
Eh ben, c'est gai. J'aime beaucoup la chute du billet, genre Poe revu par Emmanuel Bove.
Gromovar a dit…
Pourquoi vous ne postez plus ?
Anonyme a dit…
On est trop occupés à travailler. Pas une minute à nous!
Gromovar a dit…
Pour gagner plus ?