Blackwater 4 - La Guerre - Michael McDowell

Après le tome 3 , voici " La Guerre ", nouvel opus de la saga Blackwater . Cette chronique, et celles qui suivront pour les numéros suivants, seront très succinctes. Le but est de ne pas spoiler pour ceux qui n'achèteraient pas chaque numéro dès sa sortie. Ce quatrième tome commence peu avant la Seconde Guerre Mondiale et se termine avec elle. La famille Caskey peu à peu s'apaise, elle passe par-delà les meurtrissures réciproques et se rassemble dans ce qui ressemble à une forme d'harmonie autour de la nouvelle génération, celle des enfants des différents ménages. Certes les enfants, devenus presque adultes, quittent leurs foyers, qui pour l'université, qui pour l'armée. Parfois pour s'émanciper, parfois pour fuir une situation difficile, d'autres fois encore pour mener au calme une quête plus personnelle. Mais aucun ne laisse derrière lui durablement les lieux de son enfance, et quand ils s'en éloignent ce n'est jamais ni pour très loin ni

Golgoth rulez


Pour importateurs de comics.
"Empire" est une série du grand Mark Waid qui a connu une carrière mouvementée, non seulement aux USA, mais aussi ironiquement dans sa version française. Commencée chez l'éditeur indépendant Gorilla la série est arrêtée pendant quelques années à mi-parcours, puis republiée dans une version terminée par DC Comics. En France, la moitié de la série a été publiée en un volume en Semic Books et, naturellement, la fin de Semic, malgré une reprise partielle par Panini, a empéché la publication de la deuxième moitié. D'où l'impérieuse nécessité de se procurer une version US si on veut profiter de ce moment de pur bonheur en entier.
"Empire" est (peut-être) le seul comic qui décrit un monde où le super-vilain a gagné. "Empire" décrit la vie d'un dictateur impitoyable qui marche vers la domination mondiale en réduisant les dernières poches de résistance, le rêve du Doc Fatalis. Le comic est très excitant a lire. Les personnages sont beaux, la violence explose dans les planches, les scènes de torture (un dictateur a besoin de services de renseignements efficaces) ou de sexe sont traitées de manière adulte, sans les limitations d'une classification "jeunes". Mais c'est surtout le scénario qui fait la qualité de ce comic. "Empire" montre la solitude du pouvoir dictatorial. On a presque de la sympathie pour Golgoth, maitre du monde entouré de ministres sur lesquels il a tout pouvoir mais qui complotent contre lui, obligé d'éliminer des personnes qu'il aime pour renforcer son contrôle, incapable d'arrêter l'expansion de son empire et de jouir du pouvoir qu'il a conquis. "Empire" décrit le fonctionnement d'une cour maléfique - les interactions d'un groupe de Chaotic Evil pour les amateurs de ADD - et valide la croyance qui dit : "There's no honor among thieves". "Empire" a lieu dans un monde où le débarquement en Normandie a échoué. "Empire" est sombre et désespéré, il n'y a pas de Deux ex machina.
Empire, Waid, Kitson, Pascoe

L'avis d'Efelle

Commentaires

Unknown a dit…
"Wanted" décrit aussi un monde où les méchants auraient gagné.

J'avais hésité à acheter Empire au moment de la sortie chez Semic, je vais de ce pas activer mes réseaux pour me le procurer.
Gromovar a dit…
Je vais voir Wanted.
Anonyme a dit…
Je franchis le pas aussi au vu de ta chronique...
Gromovar a dit…
Je crois que tu ne seras pas déçu.
Anonyme a dit…
Amazon a livré rapidement (coup de bol c'était le dernier en stock) et je l'ai dévoré.
Dur, cynique, sans espoir et excellent en effet. Un excellent drame, dommage que les motivations des alliés de Greenland ne soit pas très claires.