Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Snow Angels - Lemire - Jock


Sortie demain de Snow Angels, un one-shot SF de Lemire et Jock.

Dans la Tranchée il y a trois règles :
  1. La Tranchée pourvoit.
  2. On ne doit jamais quitter la Tranchée.
  3. La Tranchée n'a pas de fin.

Une fois encore, Lemire met en scène des enfants placés dans un péril mortel. Ici c'est sur une planète hostile, glacée, au cœur d'un tranchée dont on dit qu'elle est infinie et qu'il est interdit de la quitter sous peine de mort que l'auteur place ses héroïnes, Milliken, l'ainée, et Mae, la cadette.
Avec leur père d'abord puis seules après le malheur qui frappe leur clan puis leur géniteur, Milli et Mae devront progresser pour comprendre leur monde, leur histoire, et, last but not least, tenter de survivre.

Si le scénario n'offre pas de développements biographiques notables au-delà d'une mignonne opposition entre deux sœurs que leurs âges et tempéraments respectifs éloignent et rapprochent à la fois, il offre néanmoins son lot de rebondissements et provoque, une fois la course à la survie lancée, quelques montées d'adrénaline. Le dessin, minimaliste, sert le propos en plaçant les filles au milieu d'un vide de sens qui se ne se remplira que progressivement.

Pas le meilleur Lemire sans doute mais une lecture agréable.

Snow Angels, Lemire, Jock

Commentaires