Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

L'homme qui voulut être roi - Derrien - Torregrossa - Ralenti - d'après Kipling


Doit-on présenter L’homme qui voulut être roi ? Nouvelle de Rudyard Kipling publiée pour la première fois dans le recueil The Phantom 'Rickshaw and Other Tales en 1888, l'histoire connaît une notoriété mondiale depuis son adaptation cinéma de 1975 par John Huston qui mettait en vedette Sean Connery, Michael Caine, et Christopher Plummer. Elle est aujourd'hui adaptée en BD sous la plume de Derrien et les pinceaux de Torregrossa et Ralenti. Brève review.


Récit épique contant l'épopée de deux aventuriers anglais partis se tailler un royaume au Kafiristan, une contrée aux confins de l'Afghanistan (aujourd'hui Nouristan), L'homme qui voulu être roi met en scène les différences technologiques et culturelles abyssales qui existaient au XIX siècle entre colons britanniques et populations autochtones et permettaient à des aventuriers audacieux et chanceux, par-delà l'aventure coloniale dans sa globalité, de bâtir des notoriétés ou des fortunes aussi fulgurantes que souvent éphémères.


S'inspirant de quelques personnages hauts en couleurs que ne retenaient ni la peur ni les scrupules, Kipling imagine un récit de la fortune au sens le plus étymologique du terme. Daniel Dravot et Peachey Carnehan, menteurs, bonimenteurs, ruffians, filous, tueurs même, sont librement inspirés d’aventuriers véritables qui parcoururent ce qu'on appelait les Indes : Alexander Gardner ou James Brooke par exemple – dans une zone géographique différente on peut citer aussi, sur ce modèle, l’incroyable Richard Burton.


Liés par un contrat qui interdit alcool et femmes jusqu'à l'obtention d'un royaume et d'une double couronne, les deux hommes, dont l'audace et la chance vainquent les montagnes, parviennent à leur but – avec l'aide, certes, de deux dizaines de fusils britanniques.

Dravot devient d'abord un gouvernant, puis acquiert insensiblement un statut divin qui lui ouvre tous les secrets du pays.

Jusqu'à ce que, de plus en plus mégalomane même s'il essaie sincèrement d'être un bon dirigeant, il décide, en dépit des conseils contraires de ses rares proches, de prendre femme et d'engendrer descendance. C'est à cette occasion qu'un incident prouvera aux habitants du Kafiristan que Dravot n'est pas un dieu. Leur colère vengeresse sera terrible.


L'homme qui voulut être roi est un texte écrit par un franc-maçon, avec des personnages francs-maçons, et dont des symboles francs-maçons sont au cœur. Didier Convard, dans une très courte préface à l'album, met en évidence la signification de l'histoire comme illustrative d'une quête qui n'a pour but que la gloire et est donc vouée à l'échec. Dravot et Carnehan, deux hommes sans règles et deux frères encore peu dégrossis, se servent de la règle au lieu de servir la règle et initient une quête que ne modère ni humilité ni partage ni abnégation. Elle se brûle elle-même et brûlent ceux qui croyaient avoir bâti sur elle, dans une métaphore christique plus évidente encore dans l'album que dans le film.


L'adaptation de Derrien est fidèle au texte (peut-être plus que le film) et il n'y a rien à redire dessus. Les dessins en ligne claire et aplats de couleurs font rétro, comme le dos en tissu ; c'était sûrement le but recherché.

Rien ne sera jamais à la hauteur du remarquable film de John Huston mais cet album vaut d'entrer en bibliothèque.


L'homme qui voulut être roi, Derrien, Torregrossa, Ralenti, d'après Kipling

Commentaires

Roffi a dit…
C’est noté pour cette BD.Et merci pour les compléments d’informations toujours appréciés.