JC Dunyach excelle dans le Bifrost 115

Dans le Bifrost 115 , sous une couverture qui fleure bon l'Age d'or, on trouve les rubriques habituelles : édito d'Olivier Girard, critiques des sorties récentes, scientifiction (sur les Anti-Terre, par le duo Chemla Lehoucq, qui parlent même de Gor ce qui prouve, en nos temps éveillés, une liberté d'esprit méritoire) . On y trouve aussi un imposant dossier James Tiptree Jr. coordonné avec énergie et entrain par l'encyclopédique Jean-Daniel Brèque. Et, comme toujours, quatre nouvelles. Les Objets savent , de Jean-Claude Dunyach, est la première nouvelle de la revue. Petit bijou d'humour et de pétillance, elle raconte la résolution express d'une affaire de meurtre par l'IA d'un véhicule militaire reconverti en taxi qui utilise pour ce faire son immense puissance de calcul ainsi que celle de toutes les objets connectés qui l'environnent. Que font les IA sentientes de leur temps ? Elle échangent, ragotent, réfléchissent, et parfois résolvent des af

Connexions - Michael Flynn

BLOG EN MODE DÉGRADÉ

ON REFERA MIEUX QUAND ON POURRA MIEUX.

JUSQUE LÀ, LECTEUR, POUR ENCORE QUELQUES MOMENTS, IL TE FAUDRA ACCEPTER DE ME FAIRE CONFIANCE SUR JUSTE DEUX OU TROIS LIGNES.


Sortie demain de Connexions de Michael Flynn. Du bonhomme on avait lu il y a trop longtemps le génial Eifelheim, et depuis plus grand chose. Le Bélial, avec Jean-Daniel Brèque à la trad., corrigent enfin aujourd'hui ce manque avec Connexions, une novella publiée dans la collection UHL.


Terre, aujourd'hui. Siddhar Nagkmur « est en train de se poivrer dans un bar minable d'un misérable coin de Chicago. Lui aussi est misérable, et donc assorti à ce coin ». C'est là que Nagkmur va voir à la télévision une « héroïne timide » qui vient de sauver un bébé pris dans un incendie à Manhattan. C'est là qu'il pense la reconnaitre et décide alors de partir de toute urgence à sa rencontre. C'est non loin de là, en chemin vers son véhicule, qu'il croisera un monstre, une « chose » plus noire que la nuit. Et, de là, tout s'enchaine. Et moi, j'arrête là.

Je pense très sincèrement que, pour prendre tout l'immense plaisir qu'on peut prendre à la lecture de ce petit bijou, il importe d'en savoir le moins possible. Je suis donc très succinct, le mode dégradé (encore en vigueur pour quelques jours) étant ici un alibi autant qu'une nécessité. Il te protège, lecteur, et, comme j'en suis le seul décisionnaire, c'est donc que JE te protège. Tu me remercieras plus tard.

Je te le redis, ne lis rien lecteur, fais-le pour l'amour de moi. Ne lis même pas les excellentes notes de blog d'Apophis ou de Feyd Rautha (ou alors lis-les après), ne lis pas le résumé fourni sur le site du Bélial, ne lis pas la 4ème de couverture.

Pars à l'aventure dans Connexions.

Pars sur les traces et à la rencontre de personnages délicieusement croqués aux noms aussi improbables que : Siddar Nagkmur, Stacey Papandréou, Bruno Zendhal (lieutenant-colonel de l'USAF), Jim-7, Annie Troy et Janet Murchison.

Sache qu'aucun de ces personnages (sauf un) n'est ce qu'il parait être.

Sache que ces personnages vont tous se croiser et interagir sous l'emprise des lois conjointes du hasard et de la nécessité.

Sache que tu plongeras dans une histoire secrète dont tu n'avais pas la moindre idée.

Sache que les aventures intriquées des six protagonistes – dont personne sur Terre sauf toi n'aura connaissance – sont peut-être les plus importantes qui aient jamais été pour le destin de toute l'humanité.

Sache surtout que ce texte est brillant comme peu le sont. Qu'il est finement construit, qu'il est trépidant, qu'il est drôle – d'un humour pince sans rire qui est irrésistible –, qu'il est aussi intelligent que délicieusement cynique, qu'il est très référencé sans exclure aucun nouveau lecteur, qu'il sait, enfin, se foutre de la gueule de certains tics contemporains sans charger la barque outre-mesure.

Il se lit à toute vitesse tant il est aussi accessible que passionnant et amusant. A chaque action une réaction, on se croirait dans un cartoon de Tex Avery dialogué par les Marx Brothers – et c'est pourtant de la vraie bonne SF.

Toujours là, lecteur ?!? Fonce ! Il n'y en aura pas pour tout le monde.


A lire.

Connexions - Michael Flynn, trad. Jean-Daniel Brèque

Commentaires

Anonyme a dit…
Tiberix : Juste pour le poser là, j'ai commencé à le lire et je suis en train de m'arrêter toutes les deux phrases parce que la traduction a l'air d'avoir été faite par une IA mal réglée. Je suis le seul ? Je vais essayer de trouver la VO... 😪