Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

Debtless - Chen Qiufan


Square Head est un mineur d’astéroïdes indenturé. Il vit et travaille sur Mother Whale, un énorme caillou évidé qui sert de base aux mineurs ainsi que de haut fourneau dans lequel on traite le minerai avant de l’expédier sur Terre par Gauss gun vers les clients inconnus qui l’achèteront.
Comme le reste de l’équipage avec qui il travaille à la récupération d’astéroïdes dont on extrait des minerais en rêvant toujours au gros coup qui permettrait enfin de quitter l’enfer très risqué qu’est le minage d’astéroïde, Square Head (les mineurs n’ont que des surnoms) est endetté auprès de la société qui l’emploie.

Une dette authentique et sincère, inscrite dans leur ADN et mise à jour en temps réel (plus ou moins) par blockchain.
Une dette dont ils ont oublié l’origine, comme ils ont oublié aussi leur identité, leur famille, leur passé ; en un mot tout ce qui précède leur arrivée sur Mother Whale. Le tout est stocké dans une mémoire délocalisée largement inaccessible ; à leur disposition immédiate seulement les souvenirs récents et le Skill Tree dont ils ont besoin pour accomplir leur mission.
Seule certitude : la dette est si lourde qu’il n’y a que peu de chances qu’elle soit soldée un jour. De fait, lorsqu’un mineur meurt en mission on dit comme par réflexe et sans grande émotion que « sa dette est payée, la mort n’est que l’intermédiaire ».
Qu’importe, les mineurs sont là parce qu’ils le doivent. En outre, le saint Traité de notre Divine Dette est très clair : « s’inquiéter de sa dette est un péché ».

Mais, au fur et à mesure des morts accidentelles et alors qu’il fait de plus en plus de rêves étranges qui semblent le ramener à sa vie d’avant, croît en Square Head, le spécialiste des analyses mathématiques qui tire sa lecture du monde des données chiffrées qu’il collecte, le sentiment que quelque chose ne va pas dans le système, que son économie est pour le moins étrange, et qu’il y a de la dissimulation bien au-delà de ce que lui et ses coéquipiers savent ne pas savoir.
Square Head va alors réagir, se mettre en grand danger et progresser ainsi vers la vérité. Une vérité qu’il finira par connaître (avec le lecteur) et qui éclaire les zones d’ombre du récit.

Debtless est une intéressante novella de Chan Qiufan lisible sur Clarkesworld 163. Inquiétante et mystérieuse, on lui reprochera une fin qui est un pur et trop bref infodump et qui aurait donc gagné à être plus longue et plus progressive. « Nobody’s perfect ».

Debtless, Chen Qiufan

Commentaires