Gromovar interviewé par Anudar

Bonsoir ami lecteur. Sache qu'Anudar, blogueur émérite en sa Grande Bibliothèque et membre du jury PSF, m'a interviewé pour inaugurer la réactivation de la rubrique Les Blogueurs parlent aux Blogueurs . Sous le regard scrutateur d'Anudar, votre serviteur s'est mis à nu et pas qu'un peu. Il a même embarqué la Gromoteam. Pour (presque) tout savoir, il suffit de cliquer sur ce lien. Enjoy !

L'effet Coccinelle - Yann Bécu - Retour de Bifrost 104


L'Effet Coccinelle est le deuxième roman de Yann Bécu, qui avait déjà écrit le très drôle Les Bras de Morphée. Ambiance très différente ici, mais le même mélange d'excès toujours contrôlé et de délire souvent drolatique. Qu'on en juge !


Eyaël, Raphaël et Mitraillette (ex-Gabriel) sont trois « Boueux » du service Maintenance du vaisseau panspermique M828. Tout en bas de l'échelle hiérarchique, ils sont envoyés sur le terrain (d'où leur surnom) en s'incarnant dans des corps locaux afin de nudger les créations de M828 dans la bonne direction (celle d'une société en paix). Ils descendent aussi lorsqu'il faut réparer d'urgence un dysfonctionnement dans le programme. Et là, sur la Terre, avec les sapiens qui ne le sont pas tant que ça, ça vient de merder grave. Déjà, les sapiens (issus d'un blueprint de piètre qualité) sont nuls pour atteindre le ratio de paix de 50% qui est la condition pour pouvoir considérer le chantier comme terminé. Mais là, ils se surpassent. Voilà qu'un d'entre eux va prochainement publier une preuve définitive de l'existence de Dieu. D'où intervention en cata car cette « preuve » plongera à coup sûr le monde dans le chaos ; en effet si Dieu existe, reste à savoir le Dieu de qui et à imposer que c'est le sien – alors que nous savons, nous, que Dieu est M828 et ses services de design.


C'est sur ce début aussi limitless que spectaculaire que s'ouvre L'Effet Coccinelle (no spoil). De là, le lecteur suit sur 300 pages les aventures délirantes d'un trio d'agents de terrain un peu nazes, dont la tête, Mitraillette, est de surcroît plus proche de Bérurier que de l'archange chargé de l'Annonciation – et tellement peu fin qu'il croit que l'effet papillon s'appelle effet coccinelle. Pour mesurer la difficulté dans laquelle se trouvent les trois (et les autres équipes sur le terrain en d'autres lieux ou à d'autres époques), il faut savoir que, non contents d'être lancés dans une mission au long cours équipés seulement de leurs discutables capacités et de leur moralité négociable, ils subissent aussi la menace constante d'être repérés par l'inspection de M828 car, nous ne l'avons pas encore dit, leur mission, organisée en catastrophe par leur hiérarchie directe, est tout sauf officielle. Ce qui devait arriver arrive : objectifs plus ou moins loupés, détection des anomalies temporelles par le Service des fraudes, exil sur Terre dans des corps qui se clochardisent peu à peu. Alors que le monde s’enfonce dans une boiteuse recherche de vérité spirituelle qui contient les ferments de guerres de religion à venir, nos trois Stooges n'ont plus qu'un but : trouver les 35 millions d'euros qui leur permettront d'acheter le californium dont ils ont besoin pour assembler la balise Omega indispensable à leur retour chez eux.


Avec L'Effet Coccinelle, Bécu signe un deuxième roman aussi drôle et barré que le précédent. Mettant le lecteur dans la tête de témoins extérieurs à l'humanité, capables de surcroît de lire les pensées, l'auteur en profite pour pointer les vilenies et bassesses humaines, guère différentes de celles de ses anti-héros ; de fait, le seul personnage décent est le gendarme Jaouen (qui traque les trois en off), pas le couteau le plus aiguisé du tiroir mais un sapiens déterminé et juste. Dans un style qui oscille entre le familier et l'hommage à Baudelaire, l'auteur parvient tant à amuser (jusqu'à de vrais éclats de rire) qu'à soutenir l'intérêt tout au long d'une histoire improbable qui tient de bout en bout en équilibre sans jamais tomber. Si le premier roman de Bécu évoquait Vian, celui-ci lorgne souvent du côté de San Antonio et c'est plutôt réussi. C'est drôle, vif, érudit, excitant, ça se lit en moins de temps qu'un transfert de corps.


L'effet Coccinelle, Yann Bécu

Commentaires