Something is Killing the Children t1, Tynion IV, Dell’Edera, Muerto

Juste quelques mots (et cette fois vraiment pas plus) sur le TPB 1 du Something is Killing the Children de l’énorme James Tynion IV, illustré par Dell’Edera et Muerto. Commençons par donner le résumé éditeur : Lorsque les enfants de la petite ville d'Archer's Peak se mettent à disparaître les uns après les autres - certains sans laisser la moindre trace, d'autres dans des circonstances extrêmement violentes - la peur, la colère et la suspicion envahissent l'entourage des victimes et laissent la police locale dans le plus grand désarroi. Aussi, quand le jeune James, seul témoin oculaire du massacre de ses trois camarades, sort de son mutisme pour parler de créatures terrifiantes vivant dans la pénombre, le coupable semble tout trouvé. Son seul espoir viendra d'une étrange inconnue, Erica Slaughter, tueuse de monstres capable de voir l'impensable, ce que l'inconscient des adultes a depuis longtemps préférer occulter. Something is Killing the Children est l’

[TAG] Autrices incontournables en SFFF


L'amie Nevertwhere lance en ce début d'été caniculaire le [tag] 10 Autrices incontournables en SFFF. Incontournable, honnêtement, je ne sais pas vraiment ce que ça veut dire. Je peux en revanche citer 10 autrices, puisque c'est la règle, que j'aurais regretté de ne pas avoir lues.

Sachant qu'il y a en a sûrement d'autres que j'aurais dû lire pour pouvoir les regretter, et sachant aussi que comme toute liste faite au débotté celle-ci est très relative. La question m'aurait-elle été posée hier, j'aurais sans doute donné 30% de réponses différentes.

Voici donc mes 10 autrices incontournables (d'aujourd'hui). Certaines sont là pour l'ensemble de leur œuvre, d'autres pour un texte ou deux seulement. Qu'importe ! Il suffit qu'elles m'aient assez marqué.

Je les cite par ordre alphabétique afin qu'il n'y ait ni jalousie ni recherche de sens caché.


Octavia Butler

Pour l'ensemble de son œuvre. Pour sa personne. Pour sa SF fine, courageuse et dure.


Morgane Caussarieu

Pour écrire rude. Pour avoir inventé de superbes vampires dans un genre où l'innovation est difficile.


Marianna Enriquez

Pour avoir écrit l'énorme Notre part de nuit.


Mélanie Fazi

Pour ses textes au style doux et étrange, un style qui n'est qu'à elle.


Robin Hobb

Pour le première trilogie de L'Assassin Royal. Pour le personnage de Fitz. Et tant pis si, après, elle a tiré à la ligne, la page, le livre.


Shirley Jackson

Pour toute son œuvre. Pour l'exploration méthodique de son être à travers celle de la société.


Ursula Le Guin

Pour toute son œuvre. Pour l'Ekumen. Pour ses textes dystopiques. Pour Terremer aussi.


Ada Palmer

Pour la tétralogie Terra Ignota, la plus originale, innovante, brillante, impressionnante création de la décennie.


Ann Rice

Pour son cycle des vampires. Pour Louis, pour Lestat, pour Claudia. Et tant pis si, après, elle a tiré à la ligne, la page, le livre.


Jo Walton

Parce qu'elle revendique faire partie de la bande. Pour Morwenna. Pour ses uchronies cosy. Pour le très beau Mes Vrais Enfants.


Xia Jia

Pour ses nouvelles, aussi belles et fines qu'enrichissantes. Pour Tongtong's Summer, pour Night Journey of the Dragon-Horse, pour A Time Beyond your Reach, pour Six Views of a Spring Festival, pour A Hundred Ghosts Parade Tonight.


Oups ! Ca fait onze.

Commentaires

Baroona a dit…
Ça donne envie de voir du Xia Jia traduit.
Gromovar a dit…
Oui. IL faut vraiment traduire plus d'auteurs chinois.
Vert a dit…
Très jolie sélection. C'est marrant je ne m'attendais pas à voir Robin Hobb chez toi (je suis étonnée de ne pas la voir plus citée d'ailleurs pour le moment)
Gromovar a dit…
Robin Hobb est mon sale petit secret.
Roffi a dit…
Super il y a Mariana.
Jo Walton et Octavia Butler me plaisent aussi.
Mais les autres sont meritantes aussi.
Gromovar a dit…
Mariana, forcément.