Alfie - Christopher Bouix

Alfie est le premier roman adultes de Christopher Bouix, et c'est une belle réussite. Drôle, intrigant, inquiétant parfois, Alfie  plonge son lecteur dans le quotidien d'une famille qui s'est placée volontairement sous le regard bienveillant d'une IA domotique. Mais trop de bienveillance tue la bienveillance, surtout quand l'IA commence à s'inquiéter de ce qui se passe. Je ne peux en dire plus car ma chronique sera dans le Bifrost n° 109, et elle ne reviendra ici qu’un an après la sortie de la revue (c’est à dire, pfff…). Je peux au moins donner le résumé de la couv’ car celui-ci est disponible partout : Alfie est une lA de domotique dernière génération. Il filme tout, note tout, observe tout. Implanté depuis peu dans le foyer d’une famille moyenne, il aide au quotidien et propose sa gamme de service à haute valeur ajoutée tout en essayant de comprendre cette étrange espèce : les humains. Mais un soir, tout bascule. Que signifient ces mensonges, ce

Le prophète et le vizir - Yves et Ada Rémy


"Le prophète et le vizir" est un petit recueil de deux nouvelles, dont l'une suit l'autre, écrites par Yves et Ada Rémy. Publié initialement en 2012 chez Dystopia, il ressort aujourd'hui en Pocket.

Les deux textes réunis ici évoquent immanquablement les Mille et Une nuits. Pas de Shéhérazade ici ni de sultan Shahryar mais un monde arabo-musulman du XIV siècle – 8è siècle de l'Hégire – déployé en majesté sur les rives Sud et Est de la Méditerranée et au-delà vers l'Est encore.


L'ensemenceur raconte les pérégrinations à travers tout cet espace géographique de Kemal bin Taïmour, ex-pécheur de perles devenu voyant pour satisfaire les caprices de l'émir Nour al-Din Malek et calmer ses inquiétudes.


Problème : Le mécanisme divinatoire enclenché par les manigances pseudo-scientifiques  de l'émir fonctionne au-delà de ses espérances et il se retrouve avec un voyant inutile car il prédit l'avenir des siècles à l'avance. Commence alors pour Kemal un voyage dont il ne contrôle rien car, esclave, il passe de maître en maître qui le vendent et le revendent au gré de leur lassitude.

L'occasion pour lui de voir l'avenir de son monde, guerre du Golfe, massacre de Sabra et Chatila, révolution iranienne, creusement du canal de Suez, etc.

Si ses visions peuvent sembler inutiles et lui attire souvent railleries ou inimitiés, ce n'est pas l'avis de Kemal qui partout tentera, avec des succès très variables, de planter de petites graines de sagesse dans le cœur des hommes afin que se réalisent de meilleurs avenirs que ceux qu'il pressent. Peut-on alors changer l'avenir ? Si oui et le faisant ne risque-t-on pas d'en fabriquer un autre pire encore, pour quelqu'un tout au moins ? C'est à cette question et à ce dilemme que Kemal sera confronté toute sa vie, cherchant sans jamais le trouver vraiment le signe lui indiquant qu'il utilise bien le pouvoir divin qu'il a reçu.


Problème 2 : Kemal comprend vite que son don « rétrécit », autrement dit que ses prédictions se rapprochent peu à peu de son temps présent. Deviendra-t-il enfin utile à quiconque ? Et verra-t-il arriver sa propre mort ?

De fait oui, et il devra faire advenir le futur terrible qui lui est promis afin d'avoir une chance d'être cru lorsqu'il enjoint le cruel vizir Fares ibn Meïmoun de réformer ses façons et sa politique sous peine de perdre ses huit enfants.


Les huit enfants du vizir Fares ibn Meïmoun, le texte plus court qui clôt le recueil, raconte comment se réalise la prédiction de Kemal. Comment le cruel vizir cherche une solution ingénieuse pour sauver sa descendance plutôt que d'accepter de réformer ses voies. Comment, même là et même averti, sa cruauté et son inhumanité se manifestent. Fantômes et goules interviennent dans ce récit qui verra le juste châtiment de l'impiété frapper le pécheur, si puissant soit-il.


D'une grâce remarquable dans le ton exquisément ampoulé des Mille et Une Nuits (que j'aime au point de les avoir relues plusieurs fois dans plusieurs traductions), rempli d'une inévitable et centrale religiosité, "Le prophète et le vizir" est aussi un texte humaniste qui dit le destin d'un homme foncièrement bon dans un monde qui ne l'est pas, et d'un vrai croyant qui comprend que si noms et rites changent d'un lieu à l'autre c'est vers les mêmes cieux que s'élèvent les prières : « Kemal se prit à penser que sur Son trône de nuages Dieu devait bien rire, entendant que sur ce bord de la Méditerranée les Infidèles étaient les hommes qui Lui obéissaient en le nommant Allah quand sur l'autre bord les Infidèles étaient les croyants qui l'adoraient en l'appelant l'Eternel ou Dieu le Père ».


Le prophète et le vizir, Yves et Ada Rémy

L'avis de Lhisbei

Commentaires

Roffi a dit…
Intéressant. Le dernier extrait que vous citez du recueil à fait tilt.
Je pars à la recherche de ce recueil. Merci.
Gromovar a dit…
C'est un très joli recueil. Peut-être un peu trop long d'un poil ou deux mais vraiment charmant.