Fables - Willingham, Buckingham

Première lecture (mieux vaut tard que jamais !) d'une série publiée entre 2003 et 2015 : Fables . 150 exemplaires (avec un redémarrage récent au numéro 151) écrits par Bill Willingham, avec principalement Mark Buckingham aux pinceaux, 14 (et même un peu plus) Eisner Awards. Après une Intégrale en 10 tomes chez Urban, voici qu'arrive la même en « poche » à petit prix chez Urban Comics Nomad. Les deux premiers numéros sont sortis il y a peu et c'est là qu'enfin je suis entré dans l'histoire. Je ne vais pas chroniquer longuement ici une série bien connue que quantité d'entre vous, lecteurs, ont déjà lue et appréciée, j'en suis convaincu. Disons simplement que Buckingham transporte les personnages des contes (dans leur immense diversité et profusion) dans le monde moderne. Fuyant un Adversaire qui les a conquis et massacrés royaume de conte après royaume de conte, les Fables survivantes ont trouvé refuge dans notre monde il y a quelques siècles déjà ; entre

Well, Gromovar was tired, So tired...


...Tired of listening to gossip,

J'avais l'intention de commencer à lire le Best of 2021 de Tor.com.
Une intention si forte qu'après m'être procuré l'ouvrage je l'ai commencé, par la fin sans raison particulière.
Une histoire de E. Lily Yu intitulée "Small Monsters".
Que j'ai lue.
En entier.
Même si j'ai vite compris que c'était une mauvaise idée.

Derrière un texte fantasy tout mignon (voir image) se cachait un récit de violence et d'abus parental, de parentalité toxique suivie de fuite suivie d'une succession de relations toxiques, jusqu'à - dira-t-on - la libération par l'affrontement et l'empowerment par l'art et l'amitié.
Sauf que rien se se cachait. Tout était si transparent que ça faisait peine à voir. La métaphore était si pauvre et tout était si téléphoné qu'ayant lu les premières lignes on pouvait deviner les 500 suivantes. 😍Mais, disaient les commentaires, c'était merveilleux parce que si vrai, si important, si beau, etc.😍

Et au cas où existeraient des lecteurs assez myopes pour ne pas comprendre ce qu'on nous assénait à grands coups de balourdise, il y a même dans le texte une explicite morale dialoguée de l'histoire que je vous offre ci-dessous :
« I’ve been bitten to the bone and hounded to the edge of the world. I’ve been dinner. I’ve been breakfast. An artist, never. »
« None of us can change what has happened to us, the clawed creature said. But if we are lucky, we live. If we are lucky, we do not lose more than we can afford. Much regrows. Claws, tail, teeth, even the vaporous stuff the poets call soul. And bitter experience provides material for art. Ask a shipwreck. Ask an oyster. »

Voilà, pas besoin d'en lire plus, la quintessence de l'histoire est là.
Et j'en ai marre. Je ne supporte plus ces "auteurs" de plus en plus nombreux qui confondent écriture d'un texte d'Imaginaire et séance chez le psy.
Qu'ils y aillent !
Ou qu'ils apprennent cette subtilité qui leur fait si cruellement défaut,
Ou qu'ils se lancent en blanche dans l'autofiction - en France, pays historique de l'observation publique de son propre nombril, il y a déjà foule, mais aux USA ça peut marcher, même si Tor.com est en passe de devenir un nid d'omphalologues.
La littérature d'Imaginaire y gagnera, et mon temps sera moins gaspillé par des lamentos sans talent.

Commentaires